bandeau haut
reportages 2006 2007 2008 2009 2010 campo
lequipe
cartels archives liens mentions legales

 
 
 

 

 

 
 

 
 
contact
 

 

LOGO
Bayonne - (04/09/2010) : Les toreros au-dessus de la corrida de La Quinta.

 

juan bautista

Photo : Roland Costedoat

Arènes de Bayonne - Feria de l'Atlantique - Samedi 4 septembre 2010

Toros de La Quinta, bien présentés, dans le type de l'élevage, doux avec une charge lente les 1, 2, 3, 5 et 6, compliqué le 4.
 
El Fundi (blanc et azabache) : Applaudissements et ovation
El Juli (bleu roi et or) : Applaudissements et ovation
Juan Bautista (bleu marine et or) : Oreille et oreille  

 
El Fundi réalisa une faena de grand professionnel face au premier de l'après-midi. De charge lente, il sut lui trouver le sitio adéquat afin de lui servir des séries de grandes ampleur. Le tout manquant de transmission. Face au second, le plus compliqué du lot, il réussit à lui servir de bonnes séries malgré les regards incessants.

El Juli aurait du couper deux ou trois oreilles sans un mauvais maniement des aciers. Tout au long de l'après-midi, il démontra envie et passion. Face aux deux toros lui correspondant, il réalisa deux faenas faites de temple et de puissance, les mains basses et d'une grande profondeur en accord parfait avec les conditions de ses deux adversaires. Il sut leur laisser la muleta morte sous le museau afin de lier les muletazos sans aucun moment de doute.
 
Juan Bautista lui aussi aurait du partir de Bayonne avec plus d'oreilles que celles coupées. Face au troisième de l'après-midi, il sut trouver la distance dès les premières séries droitières, le toro chargeant à mi-hauteur. La faena pris son importance dès que le torero pris la main gauche. Il lui donna des séries de grandes ampleur faisant rugir les arènes de Lachepaillet. Après une estocade en place, le président refusa inexplicablement l'octroi de la seconde oreille demandée unanimement par le public. Face au sixième, il réédita cette tauromachie faite de temple, de cadence et de lenteur, s'accordant à la perfection avec la charge de son opposant qu'il sut mettre dans sa muleta. Après une très bonne estocade, il dut utiliser le descabello à deux reprises lui faisant perdre la seconde oreille.  

Reportage photographique : Roland Costedoat photos

 

 

 

 

RETOUR