bandeau haut
reportages 2006 2007 2008 2009 2010 campo
lequipe
cartels archives liens mentions legales

 
 
 

 

 

 
 

 
 
contact
 

 

LOGO
Nîmes (19/09/2010 - matin) : Deux à deux, score de parité pour Morante et Castella

 

morante

Photos : El Tico

Nîmes - 19 septembre 2010  - 6ème de Feria

8/10ème d'arène - Temps superbe avec un peu de Mistral.

1 toro de El Pilar ; 3 toros de Nunez del Cuvillo et 2 toros de Juan Pedro Domecq.

Morante de la Puebla : Deux oreilles après avis / Silence / Silence

Sebastian Castella : Ovation après avis / Silence / Deux oreilles

 

La chronique de Marie Barcelo

Morante de la Puebla: Son premier toro d'El Pilar qui se blessa contre la barrière en sortant fut immédiatement changé. Il hérita donc d'un Nunez del Cuvillo face auquel il parut aussi à l'aise que face à une vache de tienta à la cape. Lors de la première rencontre avec la cavalerie le picador cassa le palo sur le dos de l'animal qui poussa fort bien. Il s'investit néanmoins moins sincèrement lors de la deuxième rencontre, s'employant sur une seule corne. Muleta en main Morante débuta par statuaires regorgeant de promesses. Gêné par le vent il dut  aller se réfugier à l'abri du toril, ce qui était précisément la querencia du toro. A gauche il sut mettre en valeur la fragile noblesse de ce toro qui pouvait rompre cette délicieuse valse à tout moment. Bienveillant, l'artiste lui donna un léger temps de répit lorsqu'il le fallut, et sublima ses arrancades lorsqu'il le put. Une mise en bouche des plus alléchantes, même si la faena fut exclusivement gauchère. Il tua d'une entière et coupa deux oreilles. Les seules de la matinée pour lui...

En effet face à son second de Juan Pedro Domecq plutot éteint (une pique) il prit l'épée en même temps que la muleta et ne se fit pas attendre pour mettre fin à son malaise.

Face à son dernier de Nunez del Cuvillo il ne nous offrit pas plus si ce n'est LE quite que tout le monde attendait depuis quatre toros: son quite par chicuelinas, si basses et structurées, si douces comme susurrées, un bref délice.

Sebastien Castella: Son premier d'El Pilar sortit déjà très affaibli de la deuxième pique après avoir bien poussé lors de la première. A noter le courage de Morenito d'Arles qui, voyant que ce toro refusait de se placer pour sa paire de banderilles et prenait trop de capotazos, eut le cran de partir du centre malgré le danger et cloua la paire, à deux doigts de se faire attraper. Castella préserva cette émotion assis sur l'estribo muleta en main, enchainant une spectaculaire série sans bouger d'un centimètre. Même si ceci pesa lourd sur ce toro hésitant et parfois violent, le maestro se rendit rapidement compte que l'animal chargeait plus volontiers de loin que de près. Ainsi en lui donnant plus de distance il parvint à donner plus de liaison à ses séries. Applaudissements.

Son second de Juan Pedro Domecq pourtant noble fut peu piqué et ne permit pas à Castella de s'accorder puisqu'il n'avait qu'une envie, celle de se coucher.

Son dernier de Nunez del Cuvillo acheva la matinée sur une bonne note. Il fut tout d'abord invité au quite par gaoneras de Morenito de Nîmes passées tout près, puis révéla sa mobilité (enfin) dans la muleta du torero. A droite ce dernier se fit plus cabochard tout à coup, tenant tête, par le simple poids de sa muleta, à tous ceux qui commencaient à douter de sa détermination. A droite les poursuites se firent de plus en plus longues au fil dés séries et la profondeur fut mêlée aux frissons des risques encourus. Il tua d'une formidable entière et coupa deux oreilles.

Marie Barcelo

castella

Reportage photographique : El Tico photos

 

 

 

 

 

 

 

RETOUR