bandeau haut
reportages 2006 2007 2008 2009 2010 campo
lequipe
cartels archives liens mentions legales

 
 
 

 

 

 
 

 
 
contact
 

 

LOGO

 

luque

Photo : El Tico

Nîmes - 18 septembre 2010  - 4 ème de Feria

1/3 d'arène - Temps couvert sans précipitations.

2 toros de Firmin Bohorquez.

4 toros de El Pilar , bien présentés, nobles, mais manquant de fond. 8 rencontres avec la cavalerie Philippe Heyral.

Leonardo Hernandez : Silence / Oreille

Daniel Luque : Silence / Deux Oreilles / Silence / Silence

 

La chronique de Marie Barcelo

Leonardo Hernandez dut dès le départ effectuer de petits cercles éprouvants face à ce premier toro de Bohorquez qui ne chargea que de très près. Son cheval de quiebro alla en s'améliorant au fil des minutes. Il faut dire que la comparaison avec Mendoza présent la veille fut rude pour le jeune garçon qui, après avoir usé du descabello, mit les bouchées doubles face à son second.

Ce dernier ne fut pourtant pas évident au départ. Il refusa de se fixer et sembla porter peu d'intérêt pour le cheval jusqu'à l'unique rejon qui donna du sens à sa charge sans pour autant gommer sa tendance à se montrer gazapon. Avec son bai aux banderilles Leonardo opta pour des poses "à la portugaise": à mi-chemin entre le razet (car plus de face) et le quiebro (car il ne s'esquiva pas au dernier moment). Ajoutez à cela pas mal de bonnes poursuites et beaucoup d'audace et vous obtiendrez une faena sincère et ambitieuse. Deux rejons de mort, une oreille.

Le premier de Daniel Luque prit deux légères pique puisque vraisemblablement trop faible. Et ce fut dommage car cet exemplaire offrit beaucoup de noblesse et du coup énormément de douceur. Luque sut l'apprécier à travers une tauromachie faite de postures artistes et de tapaditas destinées à animer les débats. Il le tua d'une entière.

Face à son deuxième il nous réjouit de ses véroniques d'un temple exquis, à droite surtout. Ce toro qui s'employa longuement lors de la première rencontre avec le cheval fut donc économisé lors de la seconde. Luque chercha ensuite à s'abriter du vent près du toril, avant de s'exposer dans un toreo de profondeur et grande classe, élégant même le compas tant ouvert. La muleta trainant sur le sol, il lui fit boire quelques naturelles qu'il accorda avec une noblesse impeccable. Le jeune homme termina tout près des cornes, signant ainsi une faena qui lui valut deux oreilles après une belle estocade.

Son troisième se montra brave sous le fer à deux reprises avant de charger dans la cape de Morenito de Nîmes qui effectua une remarquable quite par gaoneras. Cependant ce toro se révéla plus décousu dans la muleta et, le vent n'aidant pas, le tout sembla alors bien ennuyeux. Une demie-lame et descabello.

Celui qui suivit ne fut pas plus intéréssant. Le torero fut tout aussi sublime à la cape face à un animal qui n'avançait déjà plus. Manso il fut très peu piqué et la bonne estocade qui le tua ne suffit pas à faire oublier une faena aussi décousue. Otro dia serà !

Marie Barcelo



Reportage photographique : El Tico photos

 

 

 

 

 

 

 

RETOUR