bandeau haut
reportages 2006 2007 2008 2009 2010 campo
lequipe
cartels archives liens mentions legales

 
 
 

 

 

 
 

 
 
contact
 

 

jacques
Atria* : La piste aux étoiles

 

atria

Photos : Paul Hermé - Torofiesta.com

C’est le mercredi 15 septembre 2010 en prélude à la feria nîmoise que Freddy Cerda et son équipe ont organisé une tienta ; Oui : mais dans les salons de l’Hôtel Atria dits El Patio.

Piste en sable, burladeros, gradins : tout d’une grande !

C’est une véritable tienta de becerras avec la cuadra Heyral qui assura le tiers de piques avec Philippe aux manettes, les hommes à pied furent les matadors de toros Lucien Tien Orlewski « Chinito » et Patrick Varin sans oublier Mateo Julian, le novillero conseillé par son mentor le torero Gilles Raoux.

Trois vaches de la famille Laugier et filles (Margaux et Marie) donc Fer Dos Hermanas.

La dernière becerra se révéla supérieure, elle officiera sans doute comme reproductrice dans la « vallée del Tomillo ». Quelques élèves du Centre de tauromachie de Nîmes toréèrent de second.

On notera une prestation en demi-teinte du Père Jacques Teissier.

La partie musicale voire lyrique était assurée « a capella » par la cantatrice Elisabeth Abessolo.

En deuxième partie, Melle Combe nous présenta un dressage sur cheval andalou.

Nos becerras furent les reines de la fête descendant par l’entrée de service, rue du Louvre du camion.

atria
atria Le retour se faisant par le même chemin, mais en compagnie du staff technique de l’éleveur, technique dite « manu militari » secondé par les élèves du CFT et l’ami Camille de Vergèze,

Un grand merci à tous et aussi aux trois voisins de la rue du Louvre qui évitèrent à l’une des bêtes, une fugue dans la cité des Consuls.

Une première mondiale certainement,tout à fait réussie, Barcelone ferme, d’autres plazas ouvrent …

Enhorabuena à tous

JacquesLanfranchi

Octobre 2010

 

* ATRIA est le nom d’une chaîne d’hôtels mais aussi une constellation dite du triangle austral dont les deux étoiles sont : ALPHA TRIANGULIS et ALPHA AUSTRALIS.

 

 

 

RETOUR