bandeau haut
 
 
 
 

 

observatoire

 

LOGO

Nîmes (24/05/2010 - soir ) : Castella Consul contesté...

 

no hay billetes

Photo : Jean-Claude Carbonne

Que c'est triste une Feria qui se termine sous la bronca... Surtout lorsque la corrida a si bien commencé : Soleil radieux ; no hay billetes a la taquilla et deux oreilles au premier Zalduendo du Juli. C'est ensuite que les choses se sont gâtées. Les toros d'abord, faibles et sans transmission. Les trophées ensuite... Certes, je ne suis pas de ceux qui boudent les oreilles. Chacun sait très bien où il en est et les trophées distribués ici n'ont peut-être pas le même poids que ceux distribués ailleurs. Le tout étant de savoir relativiser, un triomphe "en grand" à Nîmes valant tout grand triomphe dans une arène de première. La deuxième oreille de Sebastian Castella à son deuxième toro (4ème de la course), accordée sous le pression d'une minorité, a tout simplement entraîné une sortie par la Porte des Consuls protestée par la majorité... Dommage, ni Nîmes ni Sébastien ne méritaient çà.

Pas de sorteo pour ce mano a mano attendu : El Juli ayant décidé de combattre trois Zalduendo et Sebastian Castella trois Núñez del Cuvillo. Bien présentés dans l'ensemble, les toros de deux ganaderias vedettes ont eu un point en commun ce soir : Leur faiblesse. Douze piques en tout, prises avec bravoure la plupart mais avec les moyens du bord.

El Juli est en grande forme et il était particulièrement décidé aujourd'hui. On l'a vu dès son premier combat, face à un premier Zalduendo qu'on a trouvé faiblard, mais qui se révèlera au final le seul qui allait lui "permettre" avant une estocade foudroyante au deuxième envoi. Après avoir coupé les deux oreilles de ce bon toro d'ouverture, qui avait longtemps dansé autour de lui aspiré par sa muleta puissante, le Madrilène se voyait proposer un castaño quasi invalide dont il ne put rien tirer. Même lui... Enfin, le dernier Zalduendo, brindé au public après une série de "Lopecinas" vibrantes au premier tiers, lui offrait quelques charges franches en début de faena avant de s'éteindre peu à peu. Mais le Juli aurait pu lui couper une oreille s'il n'avait pinché à deux reprises.

Sebastian Castella est allé arracher sa première oreilles entre les cornes de son premier Núñez del Cuvillo, faible et sans transmission. C'est devant le quatrième du jour que naquit la polémique car après une faena certes dominatrice mais dans l'ancienne méthode, accrochée et terminée également de façon intimiste. Sous la pression d'une minorité de mouchoirs blancs qui faisaient beaucoup de bruit, la Présidence du jour accordait une deuxième oreille protestée que le biterrois rendait prestement à son péonage, refusant même de faire une vuelta amplement méritée, elle. La dernière actuacion du français allait donc être décisive. Mais le toro n'était guère meilleur. Débutée par cambio au centre, la faena allait rapidement a menos en raison des conditions du toro. De plus, Castella devait s'y reprendre à trois fois pour le coucher enfin d'une entière d'effet immédiat. Emmené a hombros par les porteurs conventionnés, Sebastian Castella ne trouvait pas à sa sortie le coche qui devait l'emporter, ce qui nous vaut cette photo étonnante de Daniel Chicot.

Laurent Deloye "El Tico"

castella

Photo : Daniel Chicot

No hay billetes - Temps estival

6 Toros de Zalduendo (1er ; 3ème et 5ème) et Núñez del Cuvillo (2ème ; 4ème et 6ème), correctement présentés, braves et maniables en général mais faibles. Meilleur le premier.

El Juli : Deux oreilles / Ovation / Salut

Sebastian Castella : Oreille / Deux oreilles / Salut après avis

 

Reportage photographique : El Tico photos

 

 

 

RETOUR

 

occterra