bandeau haut
 
 
 
 

 

observatoire

 

LOGO

Vic-Fezensac (24/05/2010) : Adieu Maestro !

 

vic

Photo : Pierre Charrain

Les pupilles de Galapagar n'ont pas vraiment ravi ni les spectateurs qui
garnisaient complètement le cirque, ni Don Victorino MARTIN fils présent dans un tendido, ni encore moins les maestros qui ont bravé les difficultés nombreuses.

Du trapio, des cornes, du poids et de l'âge, certains avaient six ans, et un
monton de problèmes sournois.

Du regret toutefois pour Jose Pedro PRADOS "EL FUNDI" (prune et or - silence et silence) quittant ses arènes chéries sous la bronca ! On aura eu tout le déplaisir de voir un torero parfois sur la défensive, souvent dans le doute et pressé par deux fois d'en finir avec ses adversaires.

Pas mal de gana par contre chez RAFAELILLO (vert pistache et or - salut et silence) face à son premier se retournant comme un chat, noir bien entendu. Sa position reste typique mais le jeune torero s'engage à l'inverse de ce qu'il tenté face à son second pétri de mauvaises intentions. Pas de brindis et vaines tentatives face au coriace sifflé.

Les plus belles images ont été tournées par Juan BAUTISTA (blanc et or - salut et silence) face à son premier, le seul qui condescendait à mettre une moitié de tête dans l'étoffe. Juan rive les pieds au sol et tire de bien méritoires séries des deux bords. La lame au troisième essai l'aura sans doute privé d'un appendice. Son second et dernier de cette trés chaude corrida de clôture sera trés élégament reçu de cape, ne poussera nullement sous le fer comme ses frères, et sera entrepris avec envie avant un descabello libérateur. A noter un salut de Curro Robles après une paire dans le berceau au 3ème fauve.

Pierre Charrain

juan bautista

 

 

 

 

 

 

RETOUR

 

occterra