bandeau haut
 
 
 
 

 

observatoire

 

LOGO

Nîmes (23/05/2010 - soir) : Enrique Ponce pinche une grande faena a un Samuel

 

ponce

Photo : El Tico

Arènes quasiment pleines pour la deuxième présentation d'Enrique Ponce et Daniel Luque dans ce cycle de Pentecôte 2010. Et si le cadet des deux a son triomphe en poche, le glorieux aîné est reparti à vide, trahi par ses aciers.

Les toros de Samuel Flores et Lopez-Flores (huit au total) n'avaient pour eux que leur belle présentation. Tous sont sortis mansotes, ce qui est fréquent dans cet encaste, avant de livrer belle bataille sous le fer lors de la première rencontre, développant toutefois plus de violence que de réelle bravoure. Par la suite, les 1er ; 5ème et dans une moindre mesure 3ème, ont donné du jeu, mais sans transmettre. 15 piques au total.

El Capea, qui confirmait son alternative à Nîmes, a touché le lot le plus mobile mais est resté constamment périphérique, faisant admirer son toreo de ceinture sans réellement peser sur ses adversaires. Il aurait peut-être pu couper une oreille de son premier s'il avait été plus efficace à la mort, et s'est octroyé une vuelta protestée au cinquième.

Enrique Ponce est vraiment un spécialiste de cet élevage. Ayant touché le plus mauvais lot, il a dompté un premier âgé de plus de cinq ans, lui apprenant à humilier alors qu'il sortait haut des leurres depuis son entrée en piste. Au final, une faena ambidextre technique et structurée, avec quelques passages délicieusement templés, malheureusement pinchée à l'épée. Le quatrième du jour était plus compliqué et plus dangereux, mais le Valencien réussit à le capter dans sa muleta sans toutefois arriver à lier les séries. Nouvel échec aux aciers, avec sept pinchazos...

Daniel Luque ne s'est pas accordé avec son premier, un sobrero de 570 kgs venu suppléer le titulaire renvoyé aux chiqueros pour boîterie. Le toro se mouvait avec difficulté et avait tendance à se coucher sur lui, le mettant en danger régulièrement. Quelques bons moments toutefois dans un ensemble restant peu construit. Il resta électrique devant l'ultime, violent dans les leurres, qui avait mis la panique dans sa cuadrilla lors d'un premier tiers houleux. Un pinchazo suivi d'une entière pour clôre la septième de Feria.

Laurent Deloye "El Tico"

Arènes quasi pleines - Temps estival

6 Toros de Samuel Flores et Lopez-Flores, charpentés et solidement armés, trois donnant du jeu (1er ; 3ème bis et 5ème bis), tous accusant une certaine faiblesse et se révélant justes de race. Les 3ème et 5ème ont du etre changés par des sobreros des mêmes fers.

El Capea : Silence après avis / Vuelta protestée

Enrique Ponce : Salut / Ovation après deux avis

Daniel Luque : Ovation / Silence

 

Reportage photographique : El Tico photos

 

 

 

RETOUR

 

occterra