bandeau haut
 
 
 
 

 

observatoire

 

LOGO

Vic-Fezensac : Chroniques de la première journée.

 

VIC FEZENSAC : des FLOR DE JARA épineux !

11h00 taratata on ouvre les toriles de cette édition Vicoise 2010 sous un chaud soleil et face à 3/4 d’arènes de passionnés. Six FLOR DE JARA dont le ramage n’égalera pas vraiment le beau pelage hormis le splendide troisième pétri de noblesse qui sera fortement ovationné. Côté piétons Patrick OLIVER (vert bouteille et or – silence et silence) accueillera sympathiquement son premier magnifiquement piqué, une fois n’est pas coutume, par un Gaben REHABI extra. Le début de faena brindée au public débute plein centre, suavement, la musique joue mais le bicho s’éteint peu à peu ne permettant que quelques muletazos gauchers bienvenus pour lesquels il manquait toutefois de l’envie … Réception de cape assez quelconque pour un second qui joue des cornes dans le capote et cornée dans le matelas. Le jeune garçon semble douter face à la complexité du méchant cornu qui sera occis au second essai.

Pas trop de réussite non plus pour Thomas JOUBERT « TOMASITO » (parme et or – salut et silence) face à son premier mansote qui freine dans les toiles. Voltereta en début de faena et vains efforts sur la droite, la gauche restant dangereuse. Atravesada, avis, pinchazo et salut protesté. On aura apprécié les réels efforts de l’Arlésien pour, après brindis au public, tenter de forcer un toro rétif à collaborer mais en vain.

Face au meilleur novillo de la matinée Esau FERNANDEZ (châtaigne et or - oreille et silence) coupera l’oreille en faisant le « triomphateur » de la novillada. Le novillo répète des deux bords et le garçon étale ses bonnes manières empreintes d’un sceau artistique flagrant. Musique, pinchazo, lame un peu derrière et grosse ovation pour le novillo. Larga pour réceptionner son magnifique second typé buendia en diable et brindis au Fundi d’une faena servie à un bestiau bien compliqué, trop compliqué à ce stade de la profession.

 

VIC : deux oreilles pour David MORA JIMENEZ

Quasi plein et encore la canicule pour voir sortir en piste six précieux exemplaires de Don Jose ESCOLAR GIL. Prestance, cornes astifinas, caractères bien trempés, pelages typés et au moins deux excellents toros. Ovation à Maître Jose Pedro PRADOS « EL FUNDI » (marron et or – silence et salut aux tercios) chez lui à Vic. Malheureusement on n’aura pas vraiment senti poindre l’envie chez le Madrilène. Son premier, distrait au capote, est entraîné au centre pour une faena « sin pena » sanctionnée par un exigeant public. Entière déficiente, descabello et quelques sifflets. Son beau second sera reçu de façon bien quelconque pour être mené par trois fois sous le fer qu’il prendra avec bravoure. Pas de palos du Fundi, pas de brindis et faena vite écourtée avant d’occire d’un bajonazo.

Quel torero que ce Sergio AGUILAR (bleu roi et or – vuelta et oreille) ! Par deux fois le jeune torero sera à la merci des cornes, sincèrement. Quel pundonor face à un premier « tonton » compliqué et bis repetita face à son second parfaitement absent du jeu. Derechazos de catégorie et entière faisant tomber l’appendice exigé.

A l’applaudimètre David MORA JIMENEZ (rose capote et or – deux oreilles et applaudissements) sortira vainqueur des arènes Joseph Fourniol. Salut de Raul Cervantes aux palos et faena guerrière faisant jouer immédiatement la musique. Voltereta spectaculaire et terminaison en jean’s pour conclure l’ouvrage d’une entière efficace. Face au dernier « tio » de cette après-midi qui sera piqué en dépit du bon sens, n’humiliera jamais et ne cessera de regarder partout ailleurs sauf eu bon endroit, le maestro tentera quelques rudiments de passes avant de conclure d’une autre lame efficace.

Pierre Charrain

 

 

 

 

 

RETOUR

 

occterra