bandeau haut
 
 
 
 

 

observatoire

 

LOGO

Nîmes (22/05/2010 - matin ) : El Juli et Daniel Luque par la Porte des Consuls

 

salida

Photo : Daniel Chicot

Des arènes pleines jusqu'à la couronne sous un soleil revenu et une brise simplement agréable pour raffraichir l'atmosphère sur le coup de midi, rien de tel pour retrouver l'ambiance après la corrida douche froide de vendredi soir et la blessure de Julio Aparicio. Et c'est avec beaucoup de chaleur qu'ont été accueillis les trois diestros du jour, appelés à saluer en piste par un public décidé à vibrer.

Les toros de Garcigrande, désiguales de présentation, auraient été de meilleurs collaborateurs s'ils n'avaient tous présenté une faiblesse des antérieurs qui leur faisait "perdre les mains" régulièrement, et compliquait leur combat. Douze piques au total, prises avec plus ou moins d'application.

Enrique Ponce a combattu un premier sans classe et juste de force. L'élégance du Valencien a fait l'essentiel de la faena, malgré le manque de liaison du à la faiblesse du bicho. Après une mort en trois envois et deux avis, Enrique Ponce recevait une première ovation.

Mauvais tirage au sort pour le Maestro de Chiva, puisque le quatrième du jour était faible et sans transmission. Le torero resta périphérique et la mayonnaise ne prit pas.

El Juli toucha en premier un toro pauvre de tête, qui se révéla encasté et intéressant après deux bonnes piques. En début de faena, le toro marchait beaucoup et il fallut quelques passes de réglage au Juli pour le rendre à sa main. Une fois ceci fait, le madrilène put l'aspirer dans des séries puissantes, majoritairement droitières, avant des circulaires qui emportèrent l'adhésion du public. Malheureusement, deux pinchazos vinrent gâcher la fête. L'oreille accordée fut protestée, et rendue illico au péonage. Le cinquième du jour était maniable et présentait de belles et franches charges, une nouvelle fois à droite. El Juli fut une nouvelle fois dominateur et varié, et l'estoqua d'une entière "coup de canon" au deuxième essai.

Daniel Luque accueillit son premier par véroniques templées, avant que son toro ne subisse deux piques et ne s'octroie deux vueltas de campana. Mais comme le toro passait, même sans grande conviction, et que le public de Nîmes est tout acquis au jeune sévillan, il lui pardonna les multiples accrochages qui émaillèrent sa faena jusqu'aux Luquecinas attendues (espérées...) qui lui valurent de couper les deux oreilles de son opposant après une entière basse. Il réédita une prestation quasi identique, les luquecinas en moins, avec le dernier, peut-être le meilleur de l'encierro et décrochait deux nouveaux pavillons pour accompagner El Juli par la Porte des Consuls, même s'il ne joue pas encore dans la même catégorie.

Laurent Deloye "El Tico"

Arènes pleines - Temps ensoleillé, brise soufflant par instants

6 Toros de Garcigrande, correctement présentés, plus discrets d'armure les second et sixième, nobles dans l'ensemble mais perdant tous "les mains" régulièrement, ce qui a compliqué leur combat..

Enrique Ponce : Salut après deux avis / Salut

El Juli : Oreille / Deux oreilles après avis

Daniel Luque : Deux oreilles après avis / Deux oreilles

 

Reportage photographique : El Tico photos

 

 

 

RETOUR

 

occterra