bandeau haut
 
 
 
 

 

observatoire

 

LOGO

 

rafaelillo

Photo : El Tico

Les trois coups de la Pentecôte 2010 ont donc été donnés ce mercredi par Mr Laurent Burgoa, Président de la corrida de Miura d'ouverture. Mais cette course n'a jamais réellement décollé, en grande partie en raison du peu de jeu proposé par les pensionnaires de Zahariche, qui n'ont pour la plupart jamais eu les moyens physiques de leurs ambitions... Si tant est qu'ils en aient eu...

Si on rajoute un vent violent et une température glaciale sur les étagères en fin de corrida, pas grand chose pour s'entousiasmer. A l'exception de Rafaelillo. Le Murcien a une nouvelle fois fait étalage de ses grandes qualités de lidiador : Courage et engagement total face aux deux toros mobiles de l'encierro. Et s'il avait bien tué le premier, on aurait pû assister à son triomphe.

Les toros de Miura ont été particulièrement décevants. Discrets sous le fer en douze rencontres syndicales (supérieurs les deux derniers), ils se sont ensuite arrêtés au troisième tiers, se contentant de défendre leurs positions sur place.

Juan José Padilla a touché un premier toro noble (...) mais arrêté, qu'il tua mal. Il accueillit ensuite le quatrième de deux largas de rodillas, mais ne put constater que la dangerosité sans option de son adversaire au troisième tiers, qui le contraint à abréger.

Rafaelillo s'est montré comme à son habitude vaillant face à un premier toro au danger sourd, qui ne prenait pas deux passes de la même façon, mais qu'il arriva à contraindre et à dominer. Malheureusement trahi par ses aciers, il dut se contenter de saluer. Avec le cinquième, tout aussi dangereux que le précédent, il repartit au combat le couteau entre les dents et réussit à l'embarquer sur quelques séries méritoires, sans lui laisser le temps de réfléchir. Comme il le coucha d'une belle estocade au deuxième envoi, Rafaelillo empocha fort logiquement la première oreille de la Feria de Pentecôte 2010.

Mehdi Savalli est resté digne face à un premier adversaire de plus de présence que les deux qui l'avaient précédé, mais qui n'humiliait jamais et se révéla rapidement sans option. Il le tua difficilement. L'ultime de l'envoi fit illusion sous le fer, prenant une première pique appuyée et venant de loin sur une deuxième bien administrée par Jacques Monnier. Brindé à Gérard Holtz, présent en barrera aux côtés de Mr Jean-Paul Fournier, Sénateur-Maire de Nîmes, ce toro arriva parado dans la muleta de l'Arlésien qui n'arriva jamais à trouver sa distance et dut s'en débarrasser d'une entière d'effet un peu longuet.

Laurent Deloye "El Tico"

2/3 arène - Temps ensoleillé, Mistral violent et froid

6 Toros de Miura, correctement présentés, dans le type de la maison, sans excès de poids, donnant un jeu limité. Plus mobiles les 2ème et 5ème.

Juan José Padilla : Silence après avis / Silence après avis

Rafaelillo : Salut après avis / Oreille

Mehdi Savalli : Ovation après avis / Silence après avis

 

Reportage photographique : El Tico photos

LA VIDEO CHEZ NOS AMIS DE FERIA.TV

 

RETOUR

 

occterra