bandeau haut
 
 
 
 

 

observatoire

 

LOGO

Nîmes : Castella triomphe des éléments

 

castella

Photo : El Tico

Il n'aura pas été épargné grand chose à Sebastian Castella en ce jour donné pour Haïti... Et tout d'abord une météo défavorable. Après une matinée agréable et ensoleillée, un déluge s'était abattu sur Nîmes en début d'après-midi, qui laissait craindre le pire quant à l'état de la piste. Aux abords des arènes, une heure avant le paseo, les rumeurs allaient bon train et on s'accordait à dire que finalement, reporter cette corrida évènement aux Vendanges était une solution idéale... Mais il fallait attendre le Maestro. A l'intérieur, monsieur Fournier, Sénateur-Maire de Nîmes et Président de la course, accompagné de Simon Casas l'empresa, avaient tâté le terrain. Et leurs moues boudeuses ne laissait rien augurer de bon. A son arrivée, Luis Manuel LOZANO semblait se ranger à l'avis des autorités locales : La piste était impraticable... Mais voilà, lorsque le Maestro arriva, il avait décidé de toréer... Et rien n'y personne ne le fit changer d'avis. Pas même la nouvelle grosse averse qui mouilla un peu plus les copeaux mouillés destinés à sécher la piste (...). Et, retardé d'une demi-heure, le paseo pouvait commencer sous les applaudissements nourris d'un public décidé à ne pas laisser les éléments gâcher la fête.

Mais il fallait compter avec les toros et là encore, après une novillada matinale très encourageante pour les ganaderos français, la qualité du bétail laissa à désirer malgré les devises prestigieuses apposées sur les affiches. Tous furent logiquement épargnés sous le fer, pour une unique rencontre en raison de la lourdeur de la piste, mais leur comportement au troisième tiers fut plus qu'inégal. Les deux meilleurs furent les Garcigrande. Le plus mauvais l'Alcurrucén. Et entre les deux, un Núñez del Cuvillo qui sortit avec beaucoup de transmission, mais ne dura pas ; un Albarreal bon, mais faible et un El Pilar piquant en début de faena, mais qui implosa au cours de celle-ci.

Seul point commun avec la matinale, le biterrois connut pas mal de difficultés aux aciers, qui lui ont fait perdre au moins deux oreilles qui lui semblaient acquises.

Mais au final, le geste est fait et bien fait. Et même si le triomphe statistique est acquis avec une marge plutôt faible, le français a une nouvelle fois fait montre de pundonor et de courage. Au fil des six combats qui se sont déroulés dans des conditions dantesques, il a su se renouveler pour conserver une certaine intensité à la course. Et le public l'a bien compris, qui l'a chaleureusement encouragé lorsqu'il a traversé des moments plus difficiles.

Laurent Deloye "El Tico"

3/4 arène - Pluie incessante

Sebastian Castella seul contre six toros

Albarreal : Silence

Garcigrande : Deux oreilles

Núñez del Cuvillo : Salut

Alcurrucén : Silence

Garcigrande : Oreille

El Pilar : Ovation

Reportage photographique : El Tico photos

 

RETOUR

 

occterra