bandeau haut
 
 
 
 

 

observatoire

 

jacques lanfranchi
L’insoutenable légèreté de l’être

jose tomas Devant les images de la terrible cogida du maestro Jose Tomas passées en boucle par les médias sur Internet, c’est la première phrase qui m’est venue à l’esprit.

En relisant le synopsis de ce roman de Milàn Kundera publié en France en 1984, j’ai compris que cela n’était pas seulement l’image d’un corps projeté dans l’espace.

Cet ouvrage traite de plusieurs thèmes et place au centre de tout des personnages incarnant des grandes idées. Parmi eux un certain Tomas chirurgien à la personnalité bipolaire…

La thématique de l’ouvrage étant l’opposition entre la légèreté qui permet la recherche du plaisir immédiat et la pesanteur qui fait s’attacher à des êtres et principes selon une morale déterminée : deux éléments indissociables de la Tauromachie du Maestro Tomàs.

N’en déplaise à nos détracteurs la Tauromachie mène à tout ou ramène à tout, de l’aficionado au professionnel.

Pour rester quelques lignes de plus dans le sibyllin, Aguascalientes avait été un lieu de retraite pour le torero pendant son absence de cinq ans des ruedos, il demeurera à jamais un lieu de re-naissance pour lui .

Et certainement un des exploits chirurgicaux en pathologie taurine des plus retentissants depuis une décade.

Il y a eu aussi d’autres miracles (1) sur la terre mexicaine :

Le 22 mars 1959 Manuel Capetillo torée en plaza de Mexico avec Lorenzo Garza et George Aguilar « El Ranchero » des toros de la Laguna , il est pris par le toro Camisero , trois trajets, cuisse, jambe et thorax.

Le torero ne veut pas être anesthésié tant que son ami Le Père Edouardo Iglesia ne l’a pas confessé.

La cornada à la poitrine fut déviée par la Virgen de la Guadalupe, cette médaille perdue lors de cet accident fut retrouvé au Mont de piété et fut offerte au Maestro par un admirateur.

Le chemin de croix du patient commence, en effet il est perfusé aux quatre membres et le drainage du côté gauche lui fait penser au calvaire du Christ.

virgen

Pour faciliter sa récupération, on lui projette des corridas télévisées qui créent «  un désordre salutaire et réversible ».

Il tuera quatre mois plus tard un novillo en privé et est examiné pour apprécier les effets sur son état mental et physique…

Techniques médicales, Dieux Aztèques, et Virgen de la Guadalupe, une fois de plus ont assuré !

Jacques Lanfranchi

Mai 2010

(1) traduction et adaptation personnelle de l’ouvrage « cronica de sangre » Jose Alamedo 1981

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

RETOUR

 

occterra