bandeau haut
 
 
 
 

 

observatoire

 

LOGO

Palavas : Juan Bautista ; Mehdi Savalli et le ganadero a hombros

 

palavas

Photo : El Tico

Le temps maussade a joué un mauvais tour aux organisateurs Palavasiens. Le ciel plombé a certainement freiné les velléités de nombre d'aficionados en cette après-midi de fête du travail : A l'heure du paseo, deux tiers d'arène quand même sous des nuages qui auront finalement tenu leurs larmes jusqu'à la vuelta al ruedo du dernier toro d'une course bien intéressante.

Les toros de Torrestrella, bien présentés dans l'ensemble pour une plaza de cette catégorie, se sont révélés plutôt nobles et maniables, quoique parfois justes de force (2ème ; 4ème), supérieurs les 1er ; 5ème et 6ème, ce dernier étant honoré d'une vuelta al ruedo posthume. Six piques au total.

Au final, les deux Arlésiens au cartel sont sortis a hombros, accompagnés du ganadero de Torrestrella, lançant de la plus belle des manières cette Feria de la Mer 2010.

Juan Bautista s'est montré à son avantage tout au long de la tarde. Elégant et varié au capote, il résoudra avec brio les problèmes posés par ses deux adversaires, survolant la course avec classe comme en ses plus beaux jours. Seuls le manque de transmission de son lot et un pinchazo le priveront d'un succès plus important. Le toro qui ouvrait la course était bon, mais deux génuflexions en début de faena ont fait craindre le pire. Mais ensuite, la race prit le dessus et le camarguais lui servit une faena inspirée, majoritairement droitière le toro permettant plus de ce côté là. Après une prestation dont l'intensité est allée croissante, Juan Bautista le coucha d'une demie suffisante pour couper la première oreille de cette corrida d'ouverture. Le quatrième était le plus faible du lot, et ne brillait pas par sa noblesse. Mais rien ne pouvait arrêter l'arlésien aujourd'hui, et après quelques passes d'approche, il trouva rapidement le rythme du toro et surtout sa hauteur pour l'aspirer dans sa flanelle et lui servir une faena douce et relâchée, conclue en deux envois, ce qui le priva certainement d'un trophée supplémentaire.

Matias Tejela rencontra tout d'abord un adversaire mou et sans transmission auquel il se livra sur de très belles chicuelinas lors du premier tiers. Mais la faena ne décolla jamais et il la clôtura d'une belle entière sans espoir de récompense. Le cinquième était plutôt bon, encasté, mais marchait beaucoup et le madrilène ne trouva la solution qu'en toute fin de faena. Mais il échoua ensuite aux aciers.

Mehdi Savalli arrivait décidé à briller dans ce cartel relevé, et devant du bétail qu'il n'aura pas tous les jours à croiser cette temporada. Aussi, il accueillit son premier opposant d'une larga de rodillas au fil des planches, et poursuivit sur sa lancée au cours de la faena de muleta, se montrant peut-être un peu trop empressé face à un adversaire qui demandait à être toréé en ligne droite avec un peu plus de douceur. Malgré-ce et après une belle entière d'effet rapide, il décrochait une oreille légitime. Le sixième était sans conteste le Toro de la course. Il l'accueillil les deux genoux en terre, a porta gayola. Il se hissa ensuite en plusieurs occasions à sa hauteur, lors de belles séries parfaitement relâchées et inspirées. Malheureusement, une mort un peu longuette et notamment trois descabellos devaient le priver d'une deuxième oreille qui lui était toute acquise.

A noter la blessure à la cheville du banderillero Roger Ferreira, de la cuadrilla de Mehdi Savalli, qui dut être évacué vers l'hôpital Lapeyronnie de Montpellier pour des examens plus approfondis.

1/2 d'arène - Temps couvert avec quelques gouttes

Juan Bautista : Oreille / Oreille après avis

Matias Tejela : Applaudissements / Applaudissements

Mehdi Savalli : Oreille / Oreille

Reportage photographique : El Tico photos

 

RETOUR

 

occterra