bandeau haut
 
 
 
 

 

observatoire

 

LOGO
Communiqué de l'Observatoire National des Cultures Taurines

 

observatoire

 

Dans les divers commentaires qui ont suivi le vote par le Parlement catalan d'une loi interdisant les corridas en Catalogne, deux erreurs ont été souvent faites.

La première, est que, contrairement à ce qui a été dit ou écrit, la Catalogne n'est pas la deuxième Comunidad espagnole à vouloir interdire les corridas sur son territoire, mais la première. 

En effet, comme a tenu à le rappeler aujourd'hui dans le quotidien "El Mundo" Lorenzo Olarte Cullen qui fut le président du Gouvernement des Canaries en 1991 quand fut votée la loi de protection animale, "il est inexact de dire que les corridas sont interdites dans la Comunauté autonome des Canaries car c'est interdiction est inexistante. Cette loi a pour objet la protection des animaux "domestiques et de compagnie", ce que n'est pas le toro brave, duquel il n'est fait aucune mention dans le texte de loi." 

La seconde est que contrairement à ce qui a été dit ou écrit, la loi votée le 28 juillet n'est aucunement définitive dans la mesure où divers recours constitutionnel sont déjà annoncés, dont un par le président du Partido Popular, Mariano Rajoy, au nom de la liberté culturelle qui doit être préservée. 

De même que l'a été le "Statut d'autonomie de Catalogne" voté par le même Parlement de la Generalitat, la loi d'abolition sera également invalidée, ce que savent parfaitement les partis indépendantistes catalans qui ne l'ont votée qu'à des fins électoralistes, leur stratégie étant de susciter dans toute l'Espagne une réaction "anti" catalane qu'ils espèrent capitaliser en terme de votes lors des prochaines élections du mois d'octobre.

(communiqué)

 

 

 

 

 

 

 

 

RETOUR

 

 

occterra