bandeau haut
 
 
 
 

 

observatoire

 

LOGO
Garlin (24/07/2010) : Mario Guirao surprend

 

mario guirao

Photo : Nadège Vidal

Garlin, samedi, trois quart d’arène. Six novillos du Comte de Mayalde (le premier remplacé).

Arturo Saldivar en rose et or : silence après avis et silence après avis.

Mario Guirao en framboise et or : une oreille et tour de piste après avis.

Juan del Alamo en crème et or : une oreille et silence.

Salut final du mayoral.

Un lot de luxe proposé à nouveau par Rafaël Finat, Comte de Mayalde : six novillos bien roulés qui ont donné du jeu sans tomber dans la mièvrerie. Le quatrième s’est distingué et aurait pu faire un tour de piste. Le sixième a donné du fil à retordre.

La bonne surprise du jour ce fut Mario Guirao le voisin d’Hagetmau qui se produisait pour la seconde fois de sa carrière. Il a étonné par sa classe à la cape comme à la muleta. Il fait les choses bien. Son toreo classique, sans concession a porté sur le public sous le charme. De la douceur dans ses manières, une vraie intelligence du combat, citant les novillos de loin. Il fut long à la mort et serait, sans cela, sorti en triomphe.

Il était en bonne compagnie, Arturo Saldivar, solide espoir Mexicain qui a perdu lui aussi les trophées à l’épée après des travaux allurés mais peu engagés. Juan del Alamo lui aussi est passé à côté du triomphe. Décidé le jeune Salmantino a montré qu’il avait du métier, surtout à son premier passage, mais il a perdu en fraîcheur et en naturel. Au total une après-midi, prenante avec la découverte de Mario Guirao. C’était une bonne idée de l’avoir mis et il fera reparler de lui si on lui donne sa chance.

Pierre Vidal

 

 

 

 

 

RETOUR

 

 

occterra