bandeau haut
 
 
 
 

 

observatoire

 

LOGO
Chateaurenard (18/07/2010) : Juan Bautista et El Fandi a hombros

 

salida

Photos : Jean-Claude Carbonne

Arènes de Châteaurenard - Dimanche 18 juillet 2010
3 Toros de Miranda de Pericalvo (1°, 3°, 5°) et 3 de Garcia Jiménez (2°, 4° et 6°)
 
C'est sous un soleil radieux (quelques rafales de vents génèrent de temps à autre le déroulement des faenas) que Juan Bautista a démontré toute l'étendue de sa technique et de son grand moment.
Face au bon premier de l'après-midi (qui ne méritait pas un tour de piste posthume) il réalisa une faena brindée au public de grand professionnel, notamment sur la corne gauche et commencée les deux genoux en terre. Les naturelles furent données avec beaucoup de temple et de lenteur, entraînant l'exemplaire de Miranda de Pericalvo dans une danse taurine de grande profondeur. A droite, le toro avait moins de son. Néanmoins, le torero arlésien s'employa à fond afin de dessiner des derechazos de grande facture. Il termina la faena par des circulaires et coupa la première oreille de l'après-midi après une épée entière et deux descabellos qui lui firent certainement perdre la deuxième.

Face au quatrième de Garcia Jiménez, Juan Bautista fit preuve d'autorité et de volonté. Les séries sur la corne droite dominèrent le toro. Très centré sur la faena brindée à Alain Marleix, Secrétaire d'Etat à l'Intérieur et aux Collectivités Territoriales , Juan Bautista sut tout de suite s'adapter aux conditions du toro qui montrait de grandes complications du côté gauche. La faena prit son importance lors de séries de derechazos templés, donnés avec beaucoup de relâchement. Après un coup d'épée exemplaire et d'effet immédiat, il coupa deux oreilles largement méritées.
 
David Fandila "El Fandi" ravit le public par sa détermination et son envie de toréer tout au long de la corrida. Face au deuxième de Garcia Jiménez vite éteint dans la muleta, il fit étalage de ses compétences. Il sut transmettre l'émotion que le toro ne possédait pas. Après une bonne estocade, il coupa une oreille plébiscitée par le public. Face au dangereux cinquième, il justifia sa position de figura del toreo. Le toro de Miranda de Pericalvo l'averti à maintes reprises. El Fandi fit une faena de guerrier, s'exposa et réussi à lier des séries de grand mérite. Après un pinchazo et une entière, il coupa une oreille importante. Aux banderilles, il fut impressionnant de facilité. Avec un sens inné du placement et des terrains, il mis les arènes debout lors de deux tercios menés avec adresse et autorité.
 
Roman Pérez n'avait pas la tâche facile à côté de ces deux aînés. Face au troisième de Miranda de Pericalvo éteint, il montra toute sa détermination et sa volonté. La faena fut agréable à suivre de part l'effort fourni par le torero. Malgré une épée basse, mais d'effet rapide, il coupa une oreille. Face au bon sixième de l'après-midi de Garcia Jiménez, la faena ne prit jamais son envol malgré un louable effort de plaire. La faena eut de bons moments notamment à droite. Après deux pinchazos et une entière, il écouta un silence à l'issue de sa prestation.
 
Juan Bautista et El Fandi sont sortis a Hombros des Arènes. Juan Bautista reçut le prix du triomphateur en Mairie de Châteaurenard.   

Reportage photographique : Jean-Claude Carbonne photos

 

 

 

 

 

 

 

 

 

RETOUR

 

 

occterra