bandeau haut
 
 
 
 

 

observatoire

 

LOGO
Mont de Marsan (17/07/2010) : Grandiose !!

 

salida

Photos : Pierre Charrain

Après les quelques désillusions d'hier ce 17 juillet devrait rester gravé dans
les mémoires des spectateurs qui garnissaient le cirque jusqu'à la bandera. Rien moins que six oreilles dans les escarcelles d'un excellent Julian LOPEZ « EL JULI » (bleu violacé et or – deux oreilles et deux oreilles) et dans celle de
Matias TEJELA (rouge et or – oreille et oreille).
Il est juste de reconnaître que quatre des cinq toros de GARCIGRANDE et le cousin de Domingo HERNANDEZ étaient des machines à embister ! Montés sur roulettes et buvant les étoffes ils tinrent bien sur leurs piquets mais
n'affichèrent pas de franche bravoure face à la place montée. La vuelta accordée au 5ème et second du Juli était d'ailleurs très protestée.
Cela dit revenons sur le sable pour voir un Enrique PONCE (rouge et or – silence après avis et salut après deux avis) magistral notamment face à son second et seul manso perdido de cet après-midi. Quelle leçon de toréo de verdad ! Sortant désordonné tant au capote que face à la cavalerie ce castaño foncé, léger et bien armé sera entrepris dans la querencia qu'il affectionnait particulièrement. Musique pour ce grand moment et débâcle à l'épée pour l'enfant de Chiva qui aurait du couper ! Salut exigé et huée pour le bestiau. Face à son premier et après avoir reçu en piste un trophée le consacrant triomphateur de 2009 face aux Samuel Flores remis par Guillaume François, Président de la commission taurine, Enrique s'ouvrira suavement de cape avant de brinder au public une grande faena construite sur les deux bords et ornementée de détails toreros. Mains basses, trincheras et musique magnifique de l'orchestre Montois. Malheureusement ce n'était pas un jour favorable pour la mise à mort … Toro justement applaudi.

Autre, pardon autres, moments de bonheur avec un Julian phénoménal de temple, sureté et toreria. Malgré un simulacre de pique « Parcelisto » sortira sans ses oreilles après que le Madrilène lui ait servi une belle et bonne faena. Quel aguante avec desplante final et insolent ! Estoconazo et feu aux gradins surchauffés exigeant donc les deux oreilles. Avec le Domingo Hernandez, assez commode d'armures, mais qui se révèlera d'une phénoménale noblesse, Juli accueillera pieds rivés sur le sable aux barrières avant de gagner le centre et déclencher immédiatement les notes. Petit coup de poignet pour inciter la charge et entière défectueuse jusqu'aux doigts immédiatement retirée pour en loger une
autre concluante cette fois faisant tomber encore les deux oreilles de ce toro honoré un peu rapidement d'une vuelta al ruedo pour sa noblesse certainement.
Oeuvrait en compagnie des deux « monstres » Matias TEJELA qui ne sera pas en reste malgré la difficulté de passer après ses deux aînés. Son premier,« Malvestido », reçu fort élégamment, ira mettre à bas le piquero de turno obligeant Alain Bonijol à venir faire un quite coleando salvateur. Brindis au public et deux cambiadas au centre avant que le maestro, se confiant un peu trop, ne subisse une spectaculaire voltereta heureusement sans trop de gravité. Lame en se jetant et oreille. Nouvelle oreille au dernier toro de cette chaude course qui se révèlera un peu compliqué, tardo mais que le jeune torero améliorera en fin de parcours avant de loger une lame foudroyante.
Sortie a hombros de JULI et TEJELA au travers une marée humaine déchaînée.

Pierre Charrain

Reportage photographique : Pierre Charrain photos

 

 

 

 

 

 

 

 

 

RETOUR

 

 

occterra