bandeau haut
 
 
 
 

 

observatoire

 

LOGO
Céret (11/07/2010 - matin) : Des novilleros un ton en dessous

 

6 Novillos de Fidel San Roman 6

pour

Arturo Saldivar

Paco Chaves

Jose Maria Arenas

Entrée : 3/4 d'arène

Temps : Chaleur lourde

Arturo Saldivar : Ovation après pétition / Silence après avis

Paco Chaves : Sifflets / Sifflets

Jose Maria Arenas : Sifflets / Sifflets

Les six novillos de Fidel San Roman, d'origine Villamarta, grands, charpentés, imposants et bien présentés se sont surtout distingués lors de tercios de varas rendus émotionnants par leur bravoure sous le fer au cours des 16 rencontres qu'aura connu la course. A la muleta, leur physique même leur interdisait d'emblée de grandes embestidas, malgré une certaine maniabilité mal exploitée par les piétons qui semblaient avoir fait leur novillada à l'hôtel.

En effet, les trois diestros de cette deuxième novillada matinale ont donné l'impression d'être arrivés battus dès avant le paseo.

Arturo Saldivar, le sud-américain du cartel, s'est montré fleuri au capote comme ses origines le laissaient présager. Muleta en main, il a eu beaucoup de mal à trouver le sitio et a subi plus qu'il n'a commandé au cours de ses deux prestations. L'épée a été par deux fois désastreuse.

Paco Chaves n'y est plus. Ses banderilles à cornes passées et son toreo électrique n'ont pas convaincu. Et ses deux suertes de matar non plus.

Jose Maria Arenas a touché le toro de la course, n°37 nommé Oyemucho, sorti en sixième position qui prit quatre puyas, la dernière donnée du toril et qu'il a malheureusement gaspillé. Après avoir correctement entamé sa faena de muleta, le jeune albaceteno a douté et le toro a repris le dessus. Dommage, car cet exemplaire était de vuelta, et même de peut-être plus si affinité entre d'autres mains...

A noter :

Le prix au meilleur picador a été remis à Carlos Prieto Herrero, de la cuadrilla de Jose Maria Arenas.

 

Depuis Ceret : Jacques Lanfranchi

 

 

 

 

 

 

RETOUR

 

 

occterra