bandeau haut
 
 
 
 

 

observatoire

 

LOGO
Saint-Gilles (4/07/2010) : Tarde sans oreille...

 

cortes

Photos : El Tico

Les demi-journées se suivent mais ne se ressemblent pas... Après une présentation remarquée dans le Sud-Ouest à Eauze (32) lors de la novillada matinale, les pupilles de Patrick Laugier n'ont pas été au niveau où on les attendait cet après-midi à Saint-Gilles, bien que deux d'entre eux auraient mérité un autre sort...

Les six toros de "Piedras Rojas" (trois premiers du fer de Paradis), correctement présentés (supérieurs les 3 derniers), ont rencontré à 10 reprises les groupes équestres armés par la cavalerie Alain Bonijol. Les plus braves sous le fer ont été les 4ème et 6ème. Au troisième tiers, ils ont développés des comportements désiguales, allant du noble 2ème à l'irrascible 4ème.

Julien Miletto, le local de l'étape, a sans conteste touché le plus mauvais lot, avec un premier arrêté, qu'il eut du mal à tuer et un 4ème très compliqué qu'avait tout de même mis en valeur Gabin Rehabi, vainqueur du prix attribué par le club « La Querencia », lors d'un intéressant tercio de varas.

Salvador Cortes a touché un premier Paradis noble mais sans grande transmission, qui s'était révélé mansote sur trois rencontres à la cavalerie. L'immense sévillan lui traça une faena majoritairement droitière, sans grande inspiration avant de le coucher d'une entière un poil tombée. Le cinquième du jour était plutôt bon et charpenté, et Cortes trouva un adversaire "à sa hauteur" pour s'exprimer. Après avoir démontré quelques planches et visité le callejon, le toro arriva noble et bien disposé dans sa muleta, ce dont profita le torero qui le cita de loin en début de faena. Raccourcissant les distances ensuite, son adversaire baissant de ton, Cortes aurait du couper un pavillon s'il n'avait échoué aciers en main.

Ivan Fandiño resta périphérique face à un premier Paradis compliqué à gauche, mais qui se laissait faire à droite. Il le coucha d'une entière basse d'effet rapide. Le sixième prit une unique pique spectaculaire, mais malheureusement carioquée. Après un tercio de banderilles éprouvant, il arriva arrêté au troisième tiers, ne proposant aucune option au torero de Vizcaya.

Laurent Deloye "El Tico"

Saint-Gilles (30) - 4 juillet 2010

1/2 arène -Temps lourd, un peu nuageux

Julien Miletto : Silence / Silence

Salvador Cortes : Salut / Salut

Ivan Fandiño : Salut après petite pétition / Silence

 

Reportage photo : El Tico photos

 

 

 

 

RETOUR

 

 

occterra