bandeau haut
 
 
 
 

 

observatoire

 

LOGO

Communiqué de l"ADRAC", Feria de Chateaurenard

 

Photo : Communiqué

Pour une surprise .... Les membres de l'ADRAC et de la Peña Joselito n'en sont pas encore revenus. Après 18 ans de bons et loyaux services et après avoir imposé la tauromachie aux pieds des tours de Châteaurenard, ils viennent de se voir mettre à la porte des arènes par le député/maire de la ville prétextant une incompatibilité de subventions. Pour les responsables de la Peña Joselito, c'est un faux prétexte, Gilbert Mouthot précise : "  Après une rencontre avec le premier magistrat concernant la programmation pour 2010 (Juan Bautista, Daniel Luque, Roman Perez, toros de Joselito) la mairie nous à signifié qu’elle ne pouvait pas nous céder les arènes parce qu'elle était contrainte à des réductions budgétaires ... Nous avions certes demandé une petite rallonge (..) Le Député-maire  Bernard Reynès aurait pu nous la refuser ou la réduire… Mais surtout  pas nous mettre dehors comme des indigents ... La véritable raison est ailleurs ! Une nouvelle association a vu le jour et la tauromachie continuera à Châteaurenard, mais sans nous et tous nos membres qui depuis près de vingt ans se sont battus pour présenter des plateaux de qualités, mettre en place des animations diverses pour que la Féria de Châto vive et  trouve ses lettres de noblesse. Nous avons assumé notre passion, parfois financièrement, le coup est très dur mais ne restera pas sans lendemain...."

On ne peut d’un coup de règle politique rayer ni oublier les cartels composés avec José Tomas, Morante de la Puebla, S. Castella, Juan Bautista, Cesar Rincon ; les rejoneadores, P. Hermoso de Mendoza, A. Cartagena, D. Ventura, les JP Domecq et le bétail de Maria Luisa Dominguez Perez de Vargas, du Conde de la Corte, Los Bayones (meilleure corrida du Sud Est 2007 et un indulto en 2008). Il n’est pas raisonnable ni admissible que pour une raison floue et bassement matérielle, la ville de Châteaurenard mette en péril notre culture taurine en délaissant un groupe d’aficionados créateurs, le privant ainsi d’organiser un rendez vous taurin de qualité. Tous les aficionados qui connaissent la Féria de Châto et son histoire se doivent de prendre leur plume et envoyer au député/maire un courrier lui indiquant qu’il fait simplement fausse route et qu’il révise sa copie.                                                                            

Christian Cartoux le 16/01/2010

(communiqué par l'ADRAC)

 

 

RETOUR

 

occterra