bandeau haut
 
 
 
 

 

observatoire

 

LOGO

" La Musique dans la Corrida " pour le Club Taurin Paul Ricard "AFICION VOMITOIRE 105"

 

chicuelo

 

 

Prochaine soirée du Club Taurin Paul Ricard "AFICION VOMITOIRE 105" à la bodega de la Macarena

le Samedi 6 Mars à 19h30 sur le thème:  " La Musique dans la Corrida "

... avec intervention de notre invité suivi de notre traditionnelle soirée "Féria" avec tapas, ...., et ambiance conviviale garantie !

Entrée libre ouverte à tous.


Le "Vomitoire 105" reçoit Rudy, le chef de la musique des arènes de Nîmes : "Chicuelo II", avec la participation d'un Torero.

Soirée "orchestrée" par Paul Hermé !

 

L’importance de la musique dans la corrida n'est plus à démontrer.......

D’ailleurs, certains compositeurs, tels Abel Moreno, nous ont laissé de véritables chefs-d’œuvre et lorsqu’ils sont interprétés au moment adéquat par des exécutants de haute lignée, on peut dire qu’ils se fondent harmonieusement pour relever une faena ou un quelconque détail de la lidia. La musique fait donc partie intégrante de la corrida. Comme dans un film, elle doit en souligner les scènes tout en se fondant dans le scénario…

Et tout le problème est là : la pertinence de son utilisation, à savoir choisir le bon morceau au bon moment… qui ne peut que se justifier que si ce qui se déroule en piste justifie son emploi et son soutien. Dans ce cas, c’est d’un véritable apport qu’il s’agit, un « plus » qui souligne le relief et la justesse de l’actuation d’un torero et qui ajoute à la beauté de ses mouvements, de son trasteo. C’est pourquoi il ne faut surtout pas l’employer en dépit du bon sens, et encore moins à contre emploi. Dans les prérogatives d’un palco, c’est certainement un des éléments les plus délicats à gérer et l’exercice demande de la cohérence et de la… mesure !

Ne rêvons pas, il y aura toujours quelques gueulards pour crier « Música ! » au moment le moins opportun, et d’autres pour leur répliquer « Ta gueule ! On n’est pas à l’opéra ! »… Ça fait partie du folklore et dans un public, on doit bien admettre que les ressentis ne sont pas toujours les mêmes. Mais il y a deux choses à éviter impérativement : faire jouer la musique quand rien ne la justifie, ou ne pas la mettre quand elle s’impose aux yeux – et aux oreilles – de tous ! Dans le premier cas, il s’agit d’un grotesque abus de pouvoir, et dans le deuxième, d’une sérieuse méconnaissance de l’esprit d’une corrida.

(communiqué)

 

 

 

 

RETOUR

 

occterra