bandeau haut
 
 
 
 

 

observatoire

 

LOGO

Communiqué de presse des Avocats du Diable - Hommage à Denys Colomb de Daunant

 

crin blanc

 

Soirée hommage à Denys Colomb de Daunant
No hay billetes au Mas de Cacharel !

La soirée collector organisée par Les Avocats du Diable en hommage à Denys Colomb de Daunant au Mas de Cacharel le samedi 20 février affiche complet depuis plusieurs jours. Cette décision a été prise pour des raisons évidentes de sécurité lors de l’accueil du public.
L’entrée sera strictement nominative.
Conscients de l’engouement suscité par l’annonce de ce moment exceptionnel dans ce lieu familial historique, Florian Colomb de Daunant et son équipe nous feront le plaisir de nous accueillir lors d’une deuxième soirée à l’identique dès l’automne prochain, en octobre ou novembre.

Note sur Denys Colomb de Daunant

Né à Nîmes en 1922 dans une famille protestante du Gard, il est mort en 2006 à 84 ans dans la même ville. Manadier, cavalier, écrivain, réalisateur, photographe et père de l’éternel Crin-Blanc, il reste une légende vivante et un symbole fort de la Camargue. Denys Colomb de Daunant a connu l’amitié des Dali, Perralta, Chagall, Pagnol ou Hemingway.
 
C’est en 1947 qu’il achète le Mas de Cacharel avant de se marier en 1949 avec Monique Bonis, petite-fille du Marquis Folco de Baroncelli. L’endroit devient vite un lieu de rencontres où l’esprit de création est fécond.
Le film Crin-Blanc, co-réalisé par Denys Colomb de Daunant et Albert Lamorisse, tourné à Cacharel et en Camargue avec Alain Emery dans le rôle du jeune Folco, obtient le prestigieux Prix Jean Vigo en 1953. Denys crée sa manade et reste à la tête de son élevage réputé de taureaux et chevaux pendant plus de trente ans.
 
L’hôtel de Cacharel ouvre en 1955 puis est agrandi en 1962. L’eau, l’électricité et le téléphone seront installés par câbles souterrains en 1968. Florian, le fils, propriétaire de l’hôtel depuis 1986, a su préserver la chaleur de l’accueil et entretenir l’authenticité magique de l’endroit. Il a permis au Mas de Cacharel de traverser les époques tout en restant un haut lieu mythique de la Camargue.
 
Grand voyageur, Denys s’appuie notamment sur ses pérégrinations et ses carnets de notes pour mettre en forme ses futurs récits. C’est en 2006, à la toute fin de sa vie, que Les trois paradis, Le sequoïa et La nuit du sagittaire sont publiés aux éditions du Diable vauvert. Qu’ils évoquent le Sahara marocain, la Colombie ou l’Espagne, ses livres confrontent passé et présent, terroir et modernité, dans une langue nourrie des rythmes de la terre méditerranéenne et de l’humilité du Félibre.

 

(communiqué)

 

 

 

RETOUR

 

occterra