bandeau haut
 
 
 
 

 

 

 

LOGO
Séville : Triomphes majuscules pour El Juli et J.M. Manzanares

 

el juli

Photo : El Tico - Arles 2010

Les fidèles de Corridafrance.fr se demanderont peut-être pourquoi un article sur la corrida de ce mardi à Seville, alors qu'aucun français ne figure au cartel... Parce qu'El Juli est un des piliers de nos ferias nationales, et ce depuis de nombreuses années. Parce que Jose Maria Manzanares hijo se fait cruellement désirer dans nos contrées cette temporada, alors qu'il semble actuellement le seul à pouvoir prendre la roue du madrilène.

El Juli a réalisé un nouveau faenon en plaza de la Real Maestranza de Cabaleria ce mardi 20 avril, face à un toro de grand son, qui n'a perdu une vuelta al ruedo (ou même mieux...) que sur ses deux sorties seul du peto, après s'être joliment employé sous le fer. Insolent de puissance et de domination, l'auteur de sa première Puerta del Principe il y a seulement quatre jours ne s'est pas reposé sur ses laurriers et s'est hissé au dessus de ce grand toro, à la phénoménale transmission, lui arrachant deux oreilles que le public n'a même pas eu à demander...

José Maria Manzanares s'est montré facile et d'un esthétisme parfait face à son bon mais exigeant premier. Le cinquième, manso con casta, s'est révélé difficile à lidier lors des deux premiers tiers, prenant quatre refilons sur le passage avant de provoquer plusieurs passages à faux aux banderilles. Décidé à aller chercher le succès, l'Alicantin a fait preuve d'implication et d'une impressionante capacité d'aguante, finissant par soumettre le bicho sur quelques séries vibrantes. Et après l'avoir estoqué dans les règles, le Maestro se présenta le premier pour soutenir son puntillero, atteint d'un coup de palo de la corne au niveau du mandibule gauche lors de son office, et qui dut être évacué vers l'infirmerie. La grande classe...

C'est Daniel Luque qui clôturait le cartel. Mal servi au sorteo, il a du cependant mesurer le chemin qui lui reste à accomplir pour faire jeu égal avec ces deux monstres du toreo..

Quant aux toros de Torrealta, ils ont alterné le bon, le très bon et le moins bon, seuls les troisième et sixième accusant un certain manque de race.

Laurent Deloye "El Tico"

manzanares

Photo : El Tico - Arles 2009

 

 

RETOUR

 

occterra