bandeau haut
 
 
 
 

 

 

 

LOGO
Les Avocats du Diable à la maison d’arrêt de Nîmes

 

diable

 


ATELIERS D’ECRITURE ET RENCONTRES AVEC DES AUTEURS

SONT PROGRAMMES EN 2010

Les Avocats du Diable organisent deux ateliers d’écritures croisées hommes/femmes du 12 au 16 avril à la maison d’arrêt de Nîmes. Ils regroupent chacun une dizaine de participants et se tiennent le matin pour les femmes, l’après-midi pour les hommes. Ces ateliers, animés par l’écrivain Lilian Bathelot, ont chacun été précédés d’une rencontre-débat avec l’auteur autour de son travail d’écrivain, son univers, et plus
largement de l’écriture et de la lecture.
Deux ateliers croisés écriture/dessin se tiendront du 5 au 9 juillet 2010 avec Antoine Martin, lauréat 2009 du prix Hemingway, et Eddie Pons, illustrateur bien connu des Nîmois. La tauromachie au sens large pourrait bien en être le thème ! Ces ateliers seront précédés d’une rencontre-débat avec les deux animateurs au quartier hommes au cours du mois de juin.
Enfin, une rencontre-lecture sera organisée au quartier hommes avec le prochain lauréat du prix Hemingway.
Tous ces travaux pourraient être prolongés par l’édition et la diffusion des écrits réalisés, l’exposition des dessins croqués et des textes sur l’univers tauromachique. Les Avocats du Diable et Le Mobile Homme Théâtre à Nîmes réfléchissent au principe de mise en lecture de certaines des futures réalisations, intra et extra-muros, dans le cadre d’un partenariat.
C’est par le truchement de Peuple et Culture du Gard que Les Avocats du Diable commencent à intervenir en milieu carcéral, parce qu’ils sont attachés à cet axe qui répond à l’une de leurs missions : celle de favoriser le développement de la littérature, du livre, de la lecture et de l’écriture en veillant au brassage culturel et à la mixité des publics de toutes origines. Aller par l’apport culturel à la rencontre des publics contraints, exclus et privés de liberté reste indispensable et fondamental car cet accès est un droit essentiel et citoyen et qu’il permet de reconquérir son droit de parole.
Ces animations en milieu carcéral font l’objet d’un financement tripartite du Service pénitentiaire d’insertion et de probation (SPIP) du Gard et de la Lozère représenté par son très actif directeur Jean- Pierre Sanson, de la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) du Languedoc-Roussillon et des Avocats du Diable. L’ensemble en partenariat avec la maison d’arrêt de Nîmes et en relation avec sa
directrice Christine Charbonnier.

 

 

(communiqué)

 

RETOUR

 

occterra