bandeau haut
 
 
 
 

 

 

 

LOGO
Master des Ecoles Taurines de Nîmes : Troisième épreuve de qualification

 

roberto blanco

Photo : El Tico

Entrée supérieure pour cette troisième et dernière épreuve qualificative. Sous un beau soleil et malgré un Mistral parfois violent, surtout au centre de la piste, les tendidos bas étaient confortablement garnis au moment où se jouait le "Pan Y Toros" annonçant le paseo.

Les becerros de Gallon se sont une nouvelle fois montré à la hauteur de leur bonne réputation, Michel Gallon étant même appelé à faire la vuelta une fois que l'ultime eut quitté la piste. A regretter cependant une présentation un peu discrète dans l'immense ruedo des grandes arènes de Nîmes. Mais bon, ils avaient juste deux ans...

Alberto Pozo (Espagne - Ecole Taurine d'Albacete) a touché un bon premier becerro qui, sans humilier exagèrèment, s'est toutefois livré tout au long d'une faena ambidextre dans sa muleta. Dommage que le jeune albaceteno se soit laissé aller, certainement par excès d'envie, à des postures un peu exagérées en fin de faena. Oreille.

Fernando Adrian (Espagne - Ecole Taurine de la Fundacion El Juli - Arganda del Rey) a acceuilli son becerro de trois largas de rodillas avant trois bonnes poses de banderilles. Muleta en main, le jeune élève d'El Juli fut régulièrement dépassé par la fougue de son adversaire, ne parvenant à l'embarquer que sur deux séries droitières en fin de faena. Silence.

Borja Alvarez (Espagne - Ecole Taurine d'Alicante), après un bon capoteo de réception, se livra à une faena extrèmement sonore mais manquant de relief face à un becerro un peu faible qui le désarma deux fois. Silence.

Mateo Julian (France - Ecole Taurine de Nîmes) vit sortir du toril un becerro un peu compliqué, notamment parce qu'il chargeait au pas. Malgré-ce, le jeune Nîmois démontra de belles qualités d'aguante, ce qui lui valut deux volteretas sans gravité. Bien techniquement, il améliora ainsi la charge de son toro, mais la faena ne monta jamais en grande partie du fait de la trop grande retenue du torero qui est encore plus pénalisante dans ces catégories. Applaudissements.

David Torres (Espagne - Ecole Taurine de Colmenar Viejo) a grande envie, et il le montre. Malgré un toreo moins fin que ses prédécesseurs, et en s'appuyant sur la belle mobilité de son adversaire, il réussit une prestation variée qui lui valut de décrocher un pavillon. Oreille.

Roberto Blanco (Espagne - Ecole Taurine de Salamanca) a lui aussi tiré le meilleur parti d'un toro mobile, mais qu'il fallait maintenir dans sa muleta sous peine de le voir se réfugier aux planches. Au prix d'un bel effort, il y parvint avec brio et la transmission du toro fit le reste. Deux oreilles.

Les qualifiés pour les demi-finales :

Luis-Alberto Gerpe (Madrid)

Roberto Blanco (Salamanca)

Jesus Chover (Valencia)

Rafael Cero (Badajoz)

Daniel Torres (Colmenar Viejo)

Fabio Castaneda (Madrid)

Suppléants :

Adolfo Ramos (Malaga)

Borja Alvarez (Alicante)

Il est dommage de ne pas voir un français figurer dans ce palmarès... L'un d'entre eux avait tout de même coupé une oreille.

Nota : A l'issue de la course, un vin d'honneur a été offert aux spectateurs en piste.

Laurent Deloye "El Tico"

 

Reportage photographique : El Tico photos

 

RETOUR

 

occterra