bandeau haut
 
 
 
 

 

 

 

LOGO
Master des Ecoles Taurines de Nîmes : 1ère journée

 

rafael cero

Photos : Anthony Pagano

Aujourd'hui avait lieu dans les arènes de Nîmes la première phase des qualifications du premier "Master International des Ecoles Taurines". Ainsi un élève de chaque école taurine s'est mesuré à un becerro de Roland Durand.
Javier Sanchez de Salamanque eut quelques difficultés à la cape puis se fit attraper lors de sa première passe de muleta à droite. Ainsi il nous servit une faena exclusivement gauchère face à un becerro compliqué, collant souvent le torero avec violence.
Antonio Puerta de Murcia chercha à animer les gradins par quatre largas à genoux dont la dernière au centre de la piste. En revanche il ne le toréa pas du tout à la cape et le rémata illico. Muleta en main il dût prendre en compte les terrains puisque son adversaire révéla la fâcheuse tendance à fuir vers le toril. Le murciano ne chercha pas à le déplacer vers un lieu plus propice et se fit donc plusieurs fois bousculer. A noter une série droitière où il parvint à trouver la distance la plus juste: celle qui lui permit de se détacher suffisamment du becerro sans trop s'éloigner pour ne pas qu'il s'arrête avant la passe suivante.

Adolfo Ramos de Malaga réalisa une excellente réception de cape, jouant de son poignet avec goût et douceur. Plus sur de lui et appliqué que ses camarades à la muleta, il fut pourtant mis en difficultés par un becerro qui humiliait peu et qui finit par devenir impossible à droite. Ne voulant pas baisser les bras il insista et se fit attraper à de nombreuses reprises.
Rafael Cero de Badajoz réalisa un excellent cambio lorsqu'il comprit que son exemplaire était surement le meilleur du lot. Très profond à droite il sut convaincre le public et profita pleinement des arrancades de son novillo de manière très communicative. Il coupa d'ailleurs une oreille symbolique.
Roman Collado de Valencia fut vaillant et malgré plusieurs grosses volteretas il garda toute sa motivation, gagnant ainsi le respect de ses companeros et des gradins.
Alejandro Rubio, le nîmois fit le choix se surtout lidier son becerro à la cape, ce dernier affichant une mobilité difficile à canaliser. Il le mit en danger sur la corne droite à plusieurs reprises et c'est pourquoi Alejandro entama sa faena de muleta par naturelles. Le toro relevant la tête en fin de passe et restant court, le nîmois tint pourtant le rythme et s'en sortit avec panache, faisant même oublier sur quelques naturelles tout les défauts de l'animal.

Rendez vous ce dimanche matin à 11h puis à 17h pour la suite des qualifications.

Marie Barcelo

Reportage photographique : Anthony Pagano photos

RETOUR

 

occterra