bandeau haut
reportages 2006 2007 2008 2009 2010 campo
lequipe
cartels archives liens mentions legales

 
 
 

 

 

 
 

 
 
contact
 

 

LOGO
Bellegarde (29/08/2010) : A Juan Leal le Trophée Nimeño II

 

bellegarde

Photo : Anthony Pagano

C'est l'arlésien Juan Leal qui remporta le trophée Nimeno II, suivi de près par Fabio Castaneda et Mateo Julian. Juan Leal ayant été le seul à couper une oreille, par mauvais maniement des aciers de la part des trois jeunes hommes qui ont pourtant tous donné le meilleur d'eux même face à d'intéressants becerros de Gallon, meilleur le quatrième.

Juan Leal mania la cape avec un timing irréprochable, liant quelques véroniques d'une nétteté séduisante. Muleta en main il chercha à allonger la charge de ce becerro désordonné et parfois court. A gauche il ajouta une bonne dose de profondeur, affichant ainsi plus de métier et une tauromachie plus aboutie. Il tua d'une entière et coupa une oreille.

Il frôla la correctionnelle face au second lors d'une puerta gayola et une larga aux planches, mais se rattrapa néanmoins par son jeu de cape, répondant au quite de Mateo Julian par lopezinas. Débordant d'envie et prêt à tout, il sut profiter des qualités de ce becerro, le meilleur de la course, noble et répétitif. Parvenant à tenir la cadence à droite, il enchaina avec émotion, laissant la muleta devant sans se la faire accrocher, ce qui ne fut portant pas chose évidente. Malheureusement il perdit les oreilles à l'épée.

Mateo Julian se démarqua véritablement à la cape, faisant preuve d'un temple à toute épreuve et d'une élégance implacable. Trouvant en un éclair le rythme idéal de ce bon becerro, il parut à l'aise, le menant là où il voulut avec une douceur et un art communicatifs. Il pincha lui aussi à quatre reprises avant de le tuer d'une entière.

Son second se révéla moins coopératif, le pire du lot car bien plus réfléchi. Muleta en main Mathieu dut perdre quelques pas entre chaque passe sans trop avancer le leurre de manière à profiter de la fin du voyage, mais toujours en toquant fermement. Il dut ensuite faire preuve d'ingéniosité face au danger de cet adversaire de plus en plus court et choisissant parfois le torero au leurre. Il lui mit deux épées et fit la vuelta.

Fabio Castaneda hérita d'un becerro bien plus tonique qu'il banderilla de manière spectaculaire et non sans danger. Il resta dans le même ton à la muleta, débutant à genoux et faisant face aux rapides arrancades de ce becerro. A gauche il chercha à dominer et ralentir l'animal la main basse sans toutefois baisser la garde. Dommage qu'il rallongea tant sa faena. Deux pinchazos, une entière et un coup de descabello.

Il fut tout aussi vaillant à la cape face à son second avant de protagoniser un formidable tercio de banderilles dont une paire par quiebro al violin. A la muleta il dut faire ace à un problème majeur: cet imposant adversaire fuyait aux planches. Il dut donc le toréer dans ce terrain, parvenant à lui voler quelques excellentes passes, puisque cet adversaire fut malgré tout noble et humiliant suffisamment. De cette manière il prit des risques et surpassa ces difficultés, gagnant ainsi l'approbation du public. Une fois encore il échoua aux acier, le privant ainsi du moindre trophée.

Marie Barcelo

Reportage photographique : Anthony Pagano photos

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

RETOUR