bandeau haut
 
 
 
 

 

observatoire

 

LOGO
Béziers (15/08/2010 - soir) : Deux vueltas pour Antonio Barrera

 

antonio barrera

Photos : El Tico

A l'ancienne vous avez dit ? La traditionnelle Miurada de clôture de la Feria de Béziers s'est rapidement transformée en combat de rue et au terme de deux heures trente de ce spectacle angoissant, un soulagement dans la bouche de tous les observateurs : "L'essentiel, c'est qu'ils s'en sortent vivants..." Et on ne parlait pas des pensionnaires de Zahariche...

Les six Miuras du jour ont fait planer sur les arènes l'ombre d'un danger permanent. Hauts, longs, toutes armures déployées, ils ont en plus fait étalage de bien mauvaises manières et ont semé la panique même au sein de cuadrillas chevronnées... Pour les autres, n'en parlons même pas.

Juan Jose Padilla a touché un premier exemplaire très compliqué, dont la lidia a été de plus perturbée par le vent. Il s'en est débarrassé d'un bajonazo pas très élégant, mais suffisant. Revenu au combat après un passage à l'infirmerie, il accueillit à genoux et au fil des planches le quatrième du jour, bien décidé à faire parler la poudre. Ce toro démontra rapidement quelques complications. Mais Padilla fit parler sa grande expérience de cet élevage pour lui tirer quelques derechazos inespérés. Malgré une entière honnête et un descabello précis, le public resta muet.

Antonio Barrera a combattu un premier Miura qui avait entendu la musique jouer lors de sa deuxième pique. Il s'en débarrassa péniblement au terme d'une faena guerrière et volontaire. Le cinquième était du même acabit et la faena itou. Mais pour la deuxième fois, Barrera fut invité à donner une vuelta, peut-être en raison d'une estocade cette fois d'effet très rapide.

Julien Lescarret frisa la correctionnelle à de nombreuses reprises avec son premier, le plus léger du lot (595 kgs). Ce toro qui n'humiliait pas et coupait les terrains mit en déroute la cuadrilla avant de bousculer à de multiples reprises son matador. L'aquitain eut besoin de plusieurs essais pour enfin le coucher à l'ultime seconde avant le second avis. En revanche, devant le dernier toro de la Feria 2010, qui était également le plus lourd (654 kgs), il servit les plus belles naturelles de la tarde avant d'avoir à recourir par deux fois au descabello pour occire son adversaire.

Laurent Deloye "El Tico"

Béziers - 15 août 2010 - soir

Quasi plein -Temps beau avec vent..

6 toros de " Miura ", bien présentés quoique formant un lot hétérogène, compliqués en général. 14 piques.

Juan Jose Padilla : Silence / Silence

Antonio Barrera : Vuelta al ruedo / Vuelta al ruedo

Julien Lescarret : Silence après avis / Silence

Reportage photographique : El Tico photos

 

 

 

RETOUR

 

 

occterra