bandeau haut
 
 
 
 

 

observatoire

 

LOGO
Communiqué de Stéphane Fernandez-Meca

 

alberto aguilar

Photo : El Tico - Beaucaire 2010

Je ne suis plus l’Apoderado Alberto Aguilar.

Mais au-delà de cet effet d’annonce, je tiens à préciser que personne n’est dupe, et que tout le monde a bien compris les motivations sournoises de Simon CASAS.

En effet, depuis la fin de l’appel d’offre des arènes de Nîmes celui-ci n’a eu de cesse de vouloir me nuire, toujours par derrière, ayant toujours refusé la confrontation directe devant les aficionados, notamment lors des face à face télévisés que lui proposait Télémiroir…

Ainsi dans mon travail d’apoderado, il n’a pas cessé, directement et indirectement d’appeler toutes les empresas françaises, afin qu’elles n’engagent pas « le Torero de Stéphane Fernandez Meca »

Malgré ce, c’est une vingtaine de contrats, dans des arènes françaises et espagnoles, que j’ai négocié pour cette temporada, ce qui je crois est un gage de compétence s’agissant de la première saison complète d’un torero encore inconnu il y a deux ans…

N’en restant pas là, en même temps que les empresas, se sont des éleveurs de toros qui ont reçus les mêmes coups de fil « amicaux » pour empêcher Alberto Aguilar de pouvoir tienter dans leurs élevages.

Je me suis toujours tu.

Mais aujourd’hui, force est de constater que sans n’avoir jamais vu toréer Alberto Aguilar, ne serait-ce que devant une vache de tienta, Simon CASAS déclare que celui-ci est la future révélation de demain (ce dont je suis bien évidement convaincu).

Aujourd’hui la traduction est simple :

1 - Simon CASAS n’a jamais accepté ma candidature aux Arènes de Nîmes, et que je sache les appels d’offre sont faits pour se présenter….

S’il doit faire une réclamation, qu’il s’adresse à la Mairie de Nîmes.

Pour sa part, il revendique la légitimité de se présenter aux appels d’offres, et en plus traine ses concurrents devant les tribunaux !!!

Derniers en date les Choperitas à Madrid.

2 – Si à travers cette stratégie de m’enlever mon Torero, il pense m’atteindre professionnellement et personnellement, qu’il le sache, il se trompe !

Profiter de l’innocence d’un jeune Torero pétri de qualités, à qui on a fait des promesses …qui rendent les enfants joyeux …pour régler des comptes qui ne sont pas, est indigne et bassement minable de quelqu’un qui se revendique comme être l’une des trois plus grandes empresas du moment.

Pour ma part, je ne regrette rien car même si aujourd’hui je ne suis plus à ces cotés pour l’accompagner et lui montrer le seul chemin existant pour devenir un « grand », je ne souhaite à Alberto de devenir le Torero en lequel j’ai toujours cru et continuerai à croire malgré tout.

Stéphane FERNANDEZ MECA

Nîmes le 5 aout 2010

 

 

(communiqué)

 

 

 

 

 

 

 

 

RETOUR

 

 

occterra