reportages 2008 2009 2010 2011 2012 campo
cartels archives liens mentions legales
partenaires
 
pub
pub
pub
pub
pub
pub
pub

contact

 

 
 
 
 

 
 
 
 
logo

Samadet (17 mars 2013) : Grand triomphe de Juan Leal qui indulte un novillo de Fuente Ymbro

 

samadet

Photo : Roland Costedoat

Les charmantes arènes de Samadet se sont remplies pour accueillir Juan Leal, en solitaire ce Dimanche qui marquait le début officiel de la temporada en France. Et le moins que l'on puisse dire est que l'accueil qui a été reservé à l'arlésien a été des plus chaleureux. Une grosse ovation l'obligeait à sortir du burladero pour saluer avant la sortie de son premier novillo.
Un novillo qu'il reçut par de bonnes véroniques enchaînées de chicuelinas. Après deux piques sans histoire, il donnera un bon quite par delantales et tafalleras avant de se faire avertir alors qu'il quittait la tête du toro. Cela ne chamboulera en rien le jeune homme qui entamera sa faena par des statuaires le long des planches au novillo noblon, juste de force, de Fuente Ymbro. Après les premières séries le cornu change, et se met à se défendre. Alors que Juan Leal est a gusto à gauche il reçoit une voltereta sur une passe changée que le novillo n'a pas accepté. Le jeune novillero décide alors de terminer sa faena en réduisant les terrains pour s'imposer. Il tuera d'une bonne entière et une oreille lui sera accordée.
Son second se démarquera également par un manque de force certain. Après une pique légère, et un bon quite par tafalleras, se sera au tours des banderilleros Rafael Lisita et Paquito Leal de s'illustrer. Tous deux seront les auteurs d'un très bon second tercio ce qui leur donnera le droit de lever la montera. Une nouvelle fois brindée au public, la faena de Juan Leal est allée à mas. Il l'a débuta à genoux contre les planches, et il pût nous démontrer tout son temple au long du trasteo. Alors que le novillo allait a menos en terme de transmission, le torero lui ne cessait de donner des muletazos toujours plus profonds, faisant preuve d'une réelle intelligence pour cuider l'animal.

Cela-dit un peu long, il terminera près des cornes, en enchainant les muletazos sur un terrain infime. Il tuera d'un trois quart de lame, et effectuera une vuelta al ruedo après pétition d'oreille.
Le troisième, un novillo colorado très bonito pour le torero prend le bout du capote mais ne se fixe pas. C'est au second tercio que le public a pu se rendre compte du niveau de mansedumbre du pensionnaire de Ricardo Gallardo. Juan Leal brindera sa faena au maestro Richard Milian. Une faena là aussi intelligente dans la lidia, notamment après une première série faite de muletazos en rond pour pouvoir garder le novillo dans la muleta. Le novillo se rend petit à petit aux derechazos vibrants de Juan Leal, qui n'hésite pas à effectuer le "pas contraire" pour empêcher le novillo de fuir. Après un avertissement à gauche, il voudra réduire les terrains mais le novillo ne l'acceptera pas. Il tue d'une entière engagée après un pinchazo. Oreille.
Il accueillera le quatrième, jabonero par une larga près des planches. Au capote le novillo semble avoir du piquant et Juan Leal lui sert de bonnes véroniques. C'est également au second tercio que le novillo dévoilera sa mansedumbre avérée. Là encore Juan saura s'adapter. Il donnera une très bonne faena à cet exemplaire violent, qui cherchait à se réfugier au toril, dévoilant un danger sourd. Il saura s'imposa à droite par des séries dominatrices alors que les meilleurs moments arriveront à gauche, côté sur lequel le novillo détenait une charge très templée. Le jeune novillero démontrera une certaine aisance à l'aguante en fin de combat avant de tuer d'un estoconazo au second envoi pour couper une troisième oreille.
Le meilleur moment de l'après-midi arriva au cinquième. Prénommé Jalado, le numéro 224 de la ganadéria de Fuente Ymbro a été gracié par l'arlésien. Il l'accueilli par des véroniques à genoux avant de lui faire prendre une pique légère. Juan Leal se chargera lui même du second tercio en prenant les palos. Deux bons poder a poder et un quiebro. Il brinde son adversaire à Ricardo Gallardo, le ganadero, avant de débuter une faena, ou plutot un faenon, à montrer dans toutes les écoles de tauromachie. Techniquement parfait, Juan Leal donnera les muletazos les plus lents, les plus profonds, les plus variés de l'après-midi face à ce Jalado, qui ne cessait de répéter, avec toujours plus d'allant et d'émotion. "Une machine à embestir" qualifiera Ricardo Gallardo. Jusqu'à ce que les arènes chavirèrent et demandèrent la grâce, peut-être un peu exagérée au vue d'un premier tercio sans grande histoire. Triomphe complet pour le torero, deux oreilles et la queue symboliques, râvi, qui dût vite se remettre de ses émotions pour accueillir le sixième.
Il reçut ce sixième exemplaire à porta gayola, comme pour dire aux aficionados de rester attentifs, qu'ils n'avaient pas encore tout vu. Il enchaîne par des véroniques à genoux, puis pieds joints. Après deux bonnes piques il brinda une nouvelle fois au public avant de donner des doblones autoritaires au novillo qui n'humiliait pas vraiment en début de faena. Lors des premières séries le torero l'obligera, la main basse, avant de toréer en rond et de mettre définitivement la main sur le Fuente Ymbro. Plus rien ne lui résiste, le public est rendu à sa cause. Entière, descabello et oreille seront la conclusion d'un grand après-midi de toro qu'une jeune homme de 21 ans a donné à lui tout seuln faisant preuve déjà de beaucoup de maturité.

Fiche technique:

Dimanche 17 Mars 2013, 16H00. Arènes de Samadet. Novillada piquée. Plein, 2H35.
6 novillos de Fuente Ymbro, nobles les 1er, 2nd et 5ème; mansos les 3ème et 4ème, soso le 6ème. Le 5ème, Jalado numéro 224 étant grâcié. 8 Rencontres à la cavalerie,, le troisième faisant chûter le groupe équestre pour
Juan Leal (Violet et or): Oreille, vuelta après pétition, oreille, oreille, deux oreilles et la queue symboliques et oreille.
Sobresalientes: Miguel Cuartero et Mojales Balti

Grégory Boyer

 

Reportage photographique : Roland Costedoat photos

 

 

 

retour