reportages 2008 2009 2010 2011 2012 campo
cartels archives liens mentions legales
 
partenaires
 
pub
pub
pub
pub
pub
pub
pub7
pub

contact

 

 
 
 
 

 
 
 
 
logo Tienta con solera, par Jacques Lanfranchi

 

tienta

Photos : DR

Le matador Luis Miguel Dominguin est blessé en janvier 1953 à Caracas (Venezuela), il ne va pas toréer pendant trois temporadas (1953,1954,1955), suite de sa blessure ou parfait idylle avec l’actrice Ava Gardner ?

Le 18 mai 1954, Ernest Hemingway et sa cour de vividores sont à Madrid Luis Miguel les invite à une tienta chez le ganadero Pedro Gandarias à l’Escurial, l’origine du bétail sont deux fers séparés, un d’Urquijo, l’autre de Murube.

Don Ernesto en compagnie de son épouse (la quatrième et dernière) Mary Welsch, journaliste au Times passera une grande partie de la journée avec leur amie Ava Gardner.

L’artiste avait joué dans deux films tirés de ses romans : les neiges du Kilimandjaro et les Tueurs.

La San Isidro battait son plein ce qui expliquait la présence de auguste Laffront « Paco Tolosa » écrivain et chroniqueur à la revue Toros ainsi que celle de Claude Popelin aficionado et grand practico « professionnel » puisqu’il fut sobresaliente le 1er avril 1948 à Las Ventas.

Il écrivit également le célèbre livre de chevet de tout aficionado respectable : le Toro et son combat.

Pierre Schull alors novillero participe à cette tienta ainsi qu’un autre arlésien célèbre le photographe Lucien Clergue qui immortalisa l’évènement

tienta
tienta Un groupe d’aficionados français dont Mr Beaume revistero marseillais, ce dernier contera tout cela dans la presse française et dans le numéro 521 de la revue espagnole « El Ruedo ».

Le 28 octobre 1954 l’académie suédoise décernera à Ernest Hemingway pour l’ensemble de son œuvre, le prix Nobel de Littérature, il n’assistera pas à la cérémonie mais encaissera le chèque.

L’ambassadeur des Etats-Unis à Stockholm lira les remerciements de l’écrivain dont la fin du texte est un véritable remate «  mon rôle est d’écrire ce que j’ai à dire et non d’en parler, merci »

Sacré Papa !

 

Jacques Lanfranchi «  El Kallista »

 

Références bibliographiques :

  • Papa Hemingway Aaron Hotcher editions Calman levy 1966

  • Hemingway et l’Espagne Pierre Dupuy éditions renaissance du livre 2001

  • Pierre Schull le rêve brisé, Jacques Lanfranchi 2002

Crédits photos :

  • Lucien Clergue collection privée Pierre Schull

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

retour