reportages 2008 2009 2010 2011 2012 campo
cartels archives liens mentions legales
 
partenaires
 
pub
pub
pub
pub
pub
pub
pub7
pub

contact

 

 
 
 
 

 
 
 
 
logo Bouillargues (06/10/2012) : Joao Machado et Louis Husson a hombros

 

bouillargues

Photos : ElTico

Les petites arènes de Bouillargues affichaient quasiment le plein alors que s'ébrouait le paseo de cette novillada de competencia entre élevages français. La preuve que lorsque l'on propose un programme original à un prix raisonnable, on peut amener du monde aux arènes... crise ou pas. A méditer... Félicitations en tous cas aux organisateurs de cette belle après-midi de toros.

Six élevages français donc, trois du Sud-Est et trois du Sud-Ouest, mais aussi six encastes différents. Tous bien présentés (l'Alma Serena s'étant abîmé lors du débarquement), dans leur type d'origine, les erales ont tous donné du jeu, certains présentant malgré tout quelques difficultés bien difficiles à résoudre pour les apprentis toreros en lice aujourd'hui.

A ce petit jeu, Joao Machado, l'élève de l'Ecole Taurine de Béziers, bien servi par l'ordre de sortie des toros, a pu s'exprimer pleinement et couper une oreille à chacun de ses novillos.

Mais c'est Louis Husson qui restera assurément comme le grand bénéficiaire de la tarde en opposant aux complications de ses trois adversaires, un stoïcisme à toute épreuve et une faculté à se dépêtrer des situations les plus compromises impressionnante.

Galante (Héritiers de François André) : Le premier adversaire de Joao Machado se révéla très intéressant sur le piton gauche, ce dont profita allégrement le biterrois qui le coucha d'une entière d'effet quasi immédiat. Oreille

Taquillo (Roland Durand) : Bastien Roulier fit front courageusement face à cet adversaire encasté qui ne s'en laissait guère compter. L'élève du Centre Français de Tauromachie connut ensuite quelques difficultés aux aciers qui le privèrent des applaudissements qu'aurait mérité sa prestation. Silence après avis

Noelus (Malabat) : A ce novillo plutôt compliqué et à la charge courte, Louis Husson opposa un calme à toute épreuve et une technique déjà fort affirmée. L'élève d'Adour Aficion salua à l'issue de son combat, malheureusement conclu en trois envois. Salut

Cantinito ( Le Lartet) : Joao Machado eut le bonheur de croiser le chemin de ce bel exemplaire du Lartet, d'origine Núñez par Cebada Gago, qui se révéla de grande transmission. Le biterrois profita cette fois de ses belles dispositions sur la corne droite avant d'en finir d'une demi épée suffisante. Oreille après avis.

Lagartejo (Alma Serena) : Très rapidement, le novillo se rendit maître du ruedo, semant la panique dans les cuadrillas. Mobile et difficile à fixer, il accrocha Bastien Roulier en tout début de troisième tiers et c'est Louis Husson qui fut en charge de le combattre, le chef de lidia étant lui aussi passé par l'infirmerie suite à une blessure survenue en fin de son combat précédent. Une nouvelle fois impressionnant de calme et de détermination, l'Aquitain rendit à la raison ce toro compliqué au cours d'une faena exclusivement gauchère, avant une mete y saca provoquant une hémorragie malheureusement rédhibitoire.  Salut

Deslenguado (Pagès/Mailhan) : Toujours très ferme et torero, suivant à la lettre les conseils de son mentor Richard Milian, Louis Husson confirma son bel après-midi face à un erale charpenté et pas des plus faciles qu'il coucha cette fois-ci d'une entière efficace, récoltant du même coup les deux oreilles de son adversaire et le droit d'accompagner Joao Machado a hombros.

A noter :

- Un hommage a été rendu en piste à Philippe De Lapeyre El San Gilen à l'issue du paseo à l'occasion de ses vingt ans d'alternative (4 octobre 1992 - Arles)

- Le meilleur novillo du concours a été désigné par 3 voix sur 5 pour Cantinito, de l'élevage du Lartet, propriété de Paul et Jérôme Bonnet.

Laurent Deloye ElTico

Reportage photographique : ElTico photos

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

retour