reportages 2008 2009 2010 2011 2012 campo
cartels archives liens mentions legales
 
partenaires
 
pub
pub
pub
pub
pub
pub
pub7

contact

 

 
 
 
 

 
 
 
 
logo Béziers (34) : Quatre oreilles pour le Festival du Grand Gala de Printemps

 

beziers

Photo : ElTico

Ce grand gala taurin du printemps de Béziers se sera donc déroulé sous un soleil estival... Qui a peut-être encouragé bon nombre de spectateurs potentiels à aller profiter des plaisirs de la plage... Une entrée discrête en tous cas pour une affiche qui avait pourtant belle tenue.

Au menu six toros de Piedras Rojas (Patrick Laugier) pour Marc Serrano le nîmois ; Mehdi Savalli l'arlésien ; Esaú Fernandez le sévillan ; les deux biterrois Thomas Cerqueira et Cayetano Ortiz et enfin Fabio Castañeda le vénézuelien.

Les toros du Mas de l'Ilon, charpentés et présentés pour cette catégorie de spectacle, ont montré des comportements divers et variés, allant du bon et mobile deuxième au compliqué cinquième. Au final, ils auront laissé quatre oreilles sur le sable des arènes du Plateau de Valras, Mehdi Savalli se montrant comme le grand bénéficiaire de la tarde.

 

Marc Serrano salua le toro qui ouvrait la course d'une larga de rodillas. Celui-ci resta longtemps sous le fer sans réellement s'employer lors d'une unique pique qui le priva d'une grande partie de ses forces. Dommage car le bicho ne refusait rien de ce que ses capacités physiques lui permettaient, hormis à gauche où il se montra rapidement plus rétif. Marc Serrano le torea intelligemment à mi-hauteur et lui construisit une faena certes manquant d'un poil de transmission, mais inespérée au vu des premières génuflexions de début de troisième tiers. Un peu de précipitation pour le nîmois surpris au moment de l'estocade, ce qui lui valut une atravesada complêtée de deux descabellos pour coucher son adversaire. Vuelta

Mehdi Savalli est un peu le local de l'étape en terres biterroises. Il accueillit son toro de bien belle manière au capote avant que ce dernier ne se défende violemment sous le fer, jetant au sol le groupe équestre monté par Gabin Rehabi qui avait retiré la puya sur les indications de son Maestro. Après un tiers de banderilles enlevé, l'arlésien entamait sa faena de deux passes changées, profitant de la mobilité conservée de ce bon toro pourtant un peu faiblard. S'en suivirent de bons moments, majoritairement à gauche, avant que les distances ne se raccourcissent et un final à base de redondos et entre les cornes. Après une belle entière, Mehdi Savalli coupait fort logiquement deux oreilles de festival.

Esaú Fernandez nous aura laissé un peu sur notre faim. Certes son toro s'est arrêté très rapidement pour cause de faiblesse au troisième tiers, mais le sévillan n'a guère paru en mesure de forcer le destin, mis à part sur quelques essais entre les cornes sans succès. Salut.

Thomas Cerqueira eut fort à faire face au cinquième de l'envoi, le plus compliqué du lot. Piqué à deux reprises dont une première en mettant les reins avec détermination, le toro fit rapidement douter le torero en début de faena en marchant systématiquement sur lui et en le regardant beaucoup. Le biterrois tenta de faire face devant son public, mais n'arriva pas à prendre la mesure de son adversaire. La mort fut très compliquée... Silence.

Cayetano Ortiz toucha un cinquième sérieux et encasté, mais plutôt bon et dépourvu de mauvais geste. Après un début de faena dominateur, technique mais un peu froid, le protégé de Robert Margé connut un léger passage à vide. Il se récupéra cependant rapidement et le final alla a mas, notamment sur une série de manoletinas des plus ajustées. Après une entière en place non décisive, la mort fut longuette et l'ambiance retomba. Mais ceci n'empêcha pas le jeune biterrois pas de récolter une oreille.

Fabio Castañeda s'est imposé avec beaucoup de fermeté à un adversaire encasté présentant quelques complications. Limité techniquement car encore au début de sa jeune carrière, le vénézuélien qu'on attendait dans un registre plus allègre s'est appuyé sur la transmission d'un toro qui le mettait beaucoup à l'épreuve pour obtenir les faveurs du public. Malgré deux pinchazos, il récoltait logiquement une oreille de son adversaire.

Nota : Une minute de silence a été observée après le paseo en mémoire des aficionados biterrois décédés récemment auxquels ont été associés les victimes des évènements de la semaine passée.

Entrée : 1/5ème d'arène

Temps splendide.

ElTico

Reportage photographique : ElTico photos

Reportage photographique de la matinale : Joël Buravand photos

 

 

 

 

 

 

 

retour