reportages 2008 2009 2010 2011 2012 campo
cartels archives liens mentions legales
 
partenaires
 
pub
pub
pub
pub
pub
pub
pub7

contact

 

 
 
 
 

 
 
 
 
logo Nîmes (25/05/2012 - tarde) : Sebastian Castella ouvre la Porte des Consuls

 

nimes

Photo : Daniel Chicot

Trois leçons à retenir de ce premier grand cartel de la Feria 2012 :

- N'en déplaise à ceux de la presse nationale qui ont écrit ces derniers jours que la corrida n'attirait plus et que les arènes étaient désertes, le no hay billetes était affiché à la taquilla aujourd'hui. Il va falloir s'y faire, le pouvoir d'achat des aficionados est à peu près le même que celui du français moyen et il n'y a aucune raison pour que Johnny Hallyday ait du mal à remplir ; que les matchs de foot ne fassent plus recettes et que les arènes ne subissent par le contre-coup de la crise. Mais lorsqu'un spectacle de catégorie est proposé, l'aficionado sait aller chercher les ressources nécessaires dans son porte-monnaie pour venir égayer son quotidien.

- N'en déplaise à ceux qui opposent toujours le toro "facile" ou encore "commercial" au "toro-toro", lorsque les toros "faciles" sortent compliqués, ce sont quand même les figuras qui gagnent à la fin. Aujourd'hui, le jeune Jimenez Fortes n'a eu que son courage à opposer à ses deux adversaires alors qu'El Juli repartait avec deux oreilles (qui auraient pu être trois.... ou quatre) et Sebastian Castella avec trois trophées et par la porte des Consuls.

- Et enfin, n'en déplaise à ceux qui n'écoutent pas la musique durant les corridas, le retour des pasodobles récents de Chicuelo II a fait grand bien ce soir. Espérons que ce ne sera pas qu'un feu de paille et enhorabuena à celui qui par son action a rendu son répertoire à l'Orchestre des Arènes....

Laurent Deloye ElTico

La chronique d'Anthony Pagano :

Pour son deuxième paseo français, El Juli montra d’entrée une grande envie. Lors de sa première faena brindée au public, il réussit grâce à sa technique et sa maestria à donner envie au toro de poursuivre sa muleta, mais la mansedubre rattrapa rapidement le Garcigrande qui ne fit illusion que sur quelques séries. Face au quatrième le Juli impressionna par sa lidia et donna une faena empreinte d’une grande technique et maitrise. Il parvint à donner de l’émotion au public malgré les défauts majeurs de son opposant.


Sébastien Castella débuta sa première faena par des statuaires et son adversaire se révéla tres rapidement vide. Le biterrois fut courageux lors de ce combat face à un bicho violent, se défendant beaucoup qu’il tua d’une entière caida. Il entama son second combat par des cambios et une série pieds joints de très bonne facture, qui déclenchèrent la musique aussitôt. Le toro chargea de loin et avec envie jusqu’en milieu de parcours, puis comme ses frères il s’éteignit. Pas d’autres choix pour Sébastien que de se hisser sur le toro pour finir entre les cornes. Après cette faena courageuse, le français coupa deux oreilles dont une généreuse.

Jimenez Fortes s’illustra en premier lieu dans un quite par chicuelinas face au premier exemplaire du jour qui se révéla manso et éteint dans la muleta. Le malagueño fut courageux et volontaire face à ce toro de plus en plus violent, arrêté, regardant beaucoup et il se fit spectaculairement bousculer à deux reprises. Il fut aussi très courageux face au dangereux sixième qui  se révéla d’entrée violent et quasi intoréable. Jimenez s’appliqua pour tenter de donner quelques valeureux muletazos en prenant beaucoup de risques. On retiendra de ce jeune matador son abnégation et son courage.

Anthony Pagano


Fiche Technique :

Six toros de la ganaderia « Garcigrande » de présentation et d’armures tout juste correctes et inégaux de jeu. Aucun ne fut réellement brave sous le fer et tous trop vite éteint, ne laissant guère d’options au toreros.

Entrée : Plein.
Temps : Beau et chaud avec léger vent.
Poids des toros : 519 – 529 – 530 – 510 – 518 et 520 kgs.
Rencontres avec la cavalerie de Philippe Heyral: 12.
Durée de la course: 2h35.
A noter :
Jimenez Fortes se présentait à Nîmes et confirmait à cette occasion son alternative.
Javier Ambel salua après s’être illustré en banderillant le cinquième exemplaire.
El Juli est sorti en triomphe par la porte des cuadrillas et Sébastien Castella par celle des Consuls.

El Juli (Violet et azabache): Saluts / 2 oreilles.
Sébastien Castella (noir et or souligné de blanc): 1 oreille après 1 avis / 2 oreilles.
Jimenez Fortes (Noir et argent avec parements rouge): Saluts / Silence après 1 avis.

 

 

 

Reportage photographique : ElTico photos

 


 

 

 

 

retour