reportages 2008 2009 2010 2011 2012 campo
cartels archives liens mentions legales
 
partenaires
 
pub
pub
pub
pub
pub
pub
pub7

contact

 

 
 
 
 

 
 
 
 
logo Alès (19/05/2012) : Sergio Aguilar a hombros

 

ales

Photo : ElTico

 Belle entâme pour cette Feria de l'Ascension 2012 avec le triomphe indiscutable de Sergio Aguilar devant un lot intéressant de Hoyo de la Gitana dont l'aficion gardoise avait été privé l'an passé pour cause de météo défavorable.

Bien présentés, manquant globalement de force mais nobles en général, les Santa-Coloma de Hoyo de la Gitana se sont révélés maniables à l'exception de l'exigeant troisième qui finit en se défendant sur place.

Sergio Aguilar a construit un triomphe incontestable en deux combats supérieurs de maîtrise, le premier face à un adversaire faible, mais à la belle noblesse et le second devant le meilleur de l'envoi sorti en cinquième position comme pour confirmer l'adage. Le madrilène a su se montrer lidiador comme on les aime en terres cévenoles, puis changer de casaque dès que l'occasion se présenta pour redevenir ce torero fin et artiste dont on a tant besoin dans ce créneau.

Tomasito n'a du qu'à une épée défaillante de ne pas repartir d'Alès avec une oreille méritée en poche, au terme d'une nouvelle corrida appliquée et sérieuse qui confirme que le jeune homme a des ressources, même dans ce registre où on ne l'attendait pas forcément.

Quant à Serafin Marin, il a fait illusion devant le toro qui ouvrait la course sans transmettre la moindre émotion, mais est une nouvelle fois passé à côté de son sujet face à un second adversaire qui demandait plus et mieux. Dommage car on sait le catalan pétri de talent...

Côté satisfactions, à noter malgré un ciel toujours menaçant une belle entrée. Et un public plutôt respectueux... Ce qui n'est pas toujours le cas non plus dans le créneau...

Laurent Deloye ElTico

La chronique d'Anthony Pagano :

Serafin Marin amena son premier adversaire vers trois rencontres avec le groupe équestre mais le toro ne s’employa que sur les deux premières.  Par la suite le toro fut noble mais manqua de classe et de rythme au cours d’une faena principalement droitière où le catalan ne put rien faire si ce n’est laisser une bonne impression. Serafin tua son adversaire d’une entière légèrement caïda. Face au quatrième qui alla aussi à trois reprises dans le péto, le catalan donna une faena globalement inintéressante au cours de laquelle il ne mit pas le toro en valeur. Serafin Marin tua le bicho d’un ¾ de lame en place.

Sergio Aguilar hérita d’un premier adversaire noble, à la charge franche mais faible. Le madrilène sut profiter des qualités de celui-ci et masquer ses défauts pour donner une faena technique et intéressante de bout en bout. Il donna sur la fin une bonne série de naturelles pieds joints et des manoletinas serrées avant de tuer d’une entière contraire et coupa une oreille. Face au meilleur du jour Sergio s’illustra dès la cape par des véroniques allurées et templées. Muleta en main le torero espagnol sut corriger les défauts de son adversaire pour donner les meilleurs passages de l’après-midi notamment sur la corne gauche. Le toro fut noble et doté d’une charge vibrante et Sergio le mit à mort d’une entière en place et ravit deux pavillons.

Thomas Joubert « Tomasito » fut vaillant et courageux face à l’exigeant troisième dans une faena principalement droitière, le toro étant plus violent et compliqué sur la corne gauche. Le torero ne baissa jamais les bras et put donner de bon détails malgré un toro de plus en plus éteint, arrêté et se défendant sur place en fin de parcours. Thomas le liquida d’une entière tendida et salua. Face au dernier, un Blohorn, Tomasito donna une faena empreinte de technique et de courage face à ce bicho a la charge désordonnée et donnant des coups de tête. L’arlesien corrigea les défauts de son opposant et le toro se rendit. Il donna ensuite de très bons passages sur le piton droit avant de tuer en trois temps ce qui le priva vraisemblablement d’un trophée.

Anthony Pagano

Fiche technique :

Six exemplaires de la ganaderia Hoyo de la Gitana et un (sixième bis) de la ganaderia « Blohorn ».

Tous correctement présentés et armés, supérieur le sixième changé après un problème aux pattes arrières remplacé par un exemplaire de Blohorn plus chétif que le lot titulaire. Tous nobles à divers degrés. Manque général de caste et de force. Meilleur le cinquième.

Entrée :2/3.

Temps : couvert.

Durée de la course : 2h35.

Rencontres avec la cavalerie d’Alain Bonijol : 14.

Poids des toros : 560 – 520 – 530 – 522 – 525 – 548 et 548 kgs.

 

A noter :

Le paséo débuta avec 10 minutes de retard.

A l’issue du paséo une minute de silence a été observée en la mémoire de Philippe Mourgues, mozo de espadas, récemment disparu.

Morenito d’Arles et José Gomez saluèrent après avoir banderillé le troisième exemplaire, et Rafael Lisita après avoir banderillé le dernier.

Le cinquième exemplaire de Hoyo de la Gitana fut honoré de la vuelta posthume.

Sergio Aguilar a quitté les arènes à hombros.

 

Serafin Marin (Turquoise et or souligné de blanc) : Silence / Silence.

Sergio Aguilar (Lilas et or souligné de blanc) : 1 oreille / 2 oreilles.

Thomas Joubert « Tomasito » (Blanc et or souligné de blanc) : Saluts / Saluts.

 

Reportage photographique : ElTico photos

 


 

 

 

 

retour