reportages 2008 2009 2010 2011 2012 campo
cartels archives liens mentions legales
 
partenaires
 
pub
pub
pub
pub
pub
pub
pub7

contact

 

 
 
 
 

 
 
 
 
logo La Brède (33), le bonheur est dans le pré

 

th dufau

Photo : ElTico - Archives

La Brède samedi, six toros de Baltasar Iban.
Antonio Nazaré, Bordeaux et or: silence et silence après deux avis.
Antonio Saldivar, en olive et or: une oreille et applaudissements.
Thomas Dufau, en crème et or: deux oreilles et une oreille.

On met, à La Brède, pour cette unique corrida en Gironde, les petits plats dans les grands. L'accueil est amical, l'organisation parfaite et l'ambiance chaleureuse. Les gradins étaient bien garnis, ce qui est un gage de perénnité. Les toros de Baltasar Iban étaient présentés correctement et défendus sans exagération. Ils sont allés au cheval avec entrain et se sont déplacés par la suite, baissant hélas d'un ton dans la seconde partie de la faena. Le premier était dangereux, le troisième débuta en trombe, le sixième dura un peu plus.

Antonio Nazaré n'eut pas le bon lot, c'est à mettre à sa décharge. Il plia devant le premier, désagréable, qui se retournait sec sans s'engager dans le leurre. Antonio a du métier et sut se tirer de cette situation compromise parfois, sans dommages. Il fut long à la mort de son second adversaire et il entendit deux avis.

De l'allure, Arturo Saldivar en a. Il est habile à la cape et varié, bien dans la tradition mexicaine. Il laissera une bonne impression à ses deux passages, avec de bonnes séries toujours dans le rythme de l'animal et cela sur les deux bords. Néanmoins, il ne capta réellement l'attention des gradins qu'à son premier passage où il sut agrémenter son toreo de détails fleuris. Sans doute, défaut typiquement aztèque, eut-il le tort de faire durer trop ses travaux qui fatalement tombèrent dans la banalité. Une entière tombée lui permit de couper une première oreille. La seconde épée fut vraiment basse.

Carton plein pour Thomas Dufau qui toucha certes la bonne paire mais sut l'exploiter. Le troisième qu'il avait accueilli par une splendide larga, partit à cent à l'heure; il lui présenta la muleta à la bonne hauteur, dans un tempo parfait. Ce furent les meilleurs moments de l'après-midi. Une entière et deux oreilles du président Biecq. Il aurait pu faire le doublé à son second passage, mais il y eut dans son travail qu'il voulut varié, un peu plus de déchets. Il emballa nénamoins le public qui visiblement l'a adopté. Un tiers de lame, un descabello et une nouvelle oreille très demandée.
A la Brède, le bonheur est dans le pré.

Pierre Vidal

 

 

 


 

 

 

 

retour