reportages 2008 2009 2010 2011 2012 campo
cartels archives liens mentions legales
 
partenaires
 
pub
pub
pub
pub
pub
pub
pub7

contact

 

 
 
 
 

 
 
 
 
logo Istres (16/06/2012) : Tous a hombros !... ou presque...

 

istres

Photo : ElTico

... car cette belle tarde de toros aurait mérité que tous ses acteurs sortent par la grande porte. Mais une épée déficiente a privé Juan Bautista de cet honneur. Dommage pour l'Arlésien, une nouvelle fois très en vue tout au long de la course.

Après un début de Feria "ni-fu ni-fa" et un lot de Núñez del Cuvillo décevant, les Victorino Martin ont réussi leur présentation dans les arènes du Palio, offrant à leurs matadors des possibilités de succès tout en gardant une bonne dose de sauvagerie alliée à une noblesse piquante, voire rugueuse.

Le triomphateur numérique de la tarde a été Alberto Aguilar, qui a bénéficié du meilleur lot. Un peu malmené par son premier, qui l'enleva sans conséquence fâcheuse, il se rattrapa largement devant le dernier qu'il domina de la tête et des épaules et tua d'une belle épée d'effet rapide.

Côté coeur, que pouvait-on souhaiter de mieux pour ses adieux à Istres au Maestro de Fuenlabrada que ce Bombardero sorti en quatrième position, noble et pétri de classe, qui permit au Fundi de démontrer combien, malgré le nombre incalculable d'aurochs qu'il a pu s'envoyer durant sa longue carrière, il savait toréer et bien toréer lorsque l'occasion se présentait. Cette occasion c'était aujourd'hui et El Fundi ne s'est pas fait prier...

Juan Bautista n'a pas été gâté au sorteo. Il n'a pas eu le pire, sorti en premier pour El Fundi, ni les deux meilleurs dont ont bénéficié ses deux compagnons de cartel en 4ème et 6ème positions. Toujours très technique et appliqué, il prit le dessus sur son exigeant premier qu'il tua en deux fois. Mais c'est face au cinquième qui n'avait pas une passe à droite en début de faena qu'il se montra le plus impressionnant. Après lui avoir redonné confiance sur le piton gauche par des naturelles distillées une à une que le toro prenait avec de moins en moins de violence, il reprit la main droite et son adversaire se rendit. Malheureusement, alors qu'il tenait deux oreilles au bout de son épée, un audacieux recibir raté suivi d'un pinchazo les laissaient s'échapper... Juan Bautista nous avoua avoir pris beaucoup de plaisir. Les spectateurs qui l'applaudirent chaleureusement lors de sa sortie à pieds, sans nul doute également.

Quant au "Sorcier de Galapagar", ou plutôt son fils à moins que ce dernier ne dispose également de quelque don d'enchanteur, il avait une nouvelle fois réussi son coup et il ne serait pas étonnant de retrouver ses toros l'année prochaine à l'affiche... Et quand il y a des toros...

Laurent Deloye ElTico

 

La Chronique d'Anthony Pagano :

José Pedro Prados "El Fundi" dut composer avec un premier exemplaire âpre et violent dès le début à la cape. Le madrilène ne réussit pas totalement à s'imposer et se trouva à plusieurs reprises en situation délicate lors du combat. Malgré les qualités et la charge franche du toro, El Fundi ne réussit pas à construire une faena mais offrit de beaux détails. Il fut applaudi après une mort en plusieurs temps. Face à son dernier toro en terre Istréenne El Fundi laissa dans la mémoire des aficionados une trace indélébile. Apres avoir brindé à Diego Ventura il entama la faena et se montra d'emblée à l'aise. Sur la corne droite il donna des séries de muletazos longs et templés et sur la gauche des naturelles de grande qualité. Faena technique parsemée de gestes purs face à un "Victorino" à la charge franche et répétant inlassablement. Émotion et entrega, entière et deux oreilles ainsi que vuelta posthume au toro.

Jean Baptiste Jalabert "Juan Bautista" s'illustra à la cape en lidiant de bonne manière le deuxième prénommé "Mitico". Apres un brindis au public, Juan prit rapidement la mesure et débuta la faena par des doblones et de bonnes séries droitières. Le camarguais donna une faena intelligente, bien construite et très technique face à ce toro noble mais exigeant qui ne baissa jamais la garde. En fin de parcours Jean Baptiste donna des muletazos allurés et templés avant de tuer d'une entière après princhazo et de couper une oreille. "Gargolito" sorti en cinquième position, fit illusion sous le fer de Paco Maria lors d'une première pique ou il poussa le cheval sur plusieurs mètres avec force. Le picador fut exemplaire lors de ce premiers tiers. Ensuite, l'Arlésien donna un trasteo principalement gaucher mais terni par le manque de classe et la faiblesse du toro. Juan Bautista donna tout de même de bonnes séries de naturelles templées et élégantes. Un recibir manqué suivi d'un pinchazo d'un descabello le privèrent de trophée.

Alberto Aguilar fut courageux et vaillant face au violent et dangereux troisième qui laissa planer le danger tout au long des trois tiers. Alberto se fit bousculer sans mal en début de parcours et après avoir fait rompre le bicho donna une faena technique, transmettant de l'émotion aux tendidos. Le toro arriva court de charge en fin de trasteo et Alberto le tua d'une entière foudroyante après un pinchazo. Une oreille. Face au dernier le madrilène s'illustra au capote et amena le toro pour deux rencontres au cours desquelles il souleva le groupe équestre et poussa. Il brinda son combat à El Fundi et donna d'entrée de jeu de bonnes séries sur le piton droit. Le toro fut noble mais en gardant une part de sauvagerie qu'Alberto sut affronter pour donner une faena courageuse jusqu'à ce que le toro se rende. L'espagnol mit son adversaire en valeur et donna le meilleur de lui même au cours de bonnes séries ambidextres. Deux oreilles après entière caida.

Anthony Pagano

Fiche technique :

Six toros de "Victorino Martin" correctement présentés et armés pour la catégorie. Tous intéressants et nobles à des degrés divers pour permettre aux toreros de donner une tarde entretenue. Le cinquième fut le plus brave sous le fer et le sixième le plus complet de la course. Meilleur le dernier.

 

Samedi 16 Juin 2012. Tarde.

Entrée : Plein.

Temps : Chaud.

Durée de la course :2h45.

Rencontres avec la cavalerie d'Alain Bonijol : 12.

Poids des toros : 515 - 505 - 530 - 530 - 510 et 520 kgs.

 

A noter :

A l'issue du paséo un prix a été remis à El Fundi qui effectuait aujourd'hui sa dernière prestation Istréenne.

Le quatrième exemplaire "Bombardero", portant le numéro 120 fut honoré de la vuelta posthume.

Le mayoral salua à l'issue de la course.

José Pedro Prados "El Fundi", Alberto Aguilar, Voctorino Martin hijo et le mayoral sont sorti a hombros.


José Pedro Prados "El Fundi" (Violet et or souligné de blanc) : Applaudissements / 2 oreilles après 1 avis.

Jean Baptiste Jalabert "Juan Bautista" (Framboise et or souligné de blanc): 1 oreille / Saluts après 1 avis.

Alberto Aguilar (Turquoise et or souligné de blanc): 1 oreille / 2 oreilles.

 

Reportage photographique : ElTico photos

 


 

 

 

 

retour