reportages 2008 2009 2010 2011 2012 campo
cartels archives liens mentions legales
 
partenaires
 
pub
pub
pub
pub
pub
pub
pub7

contact

 

 
 
 
 

 
 
 
 
logo Mont de Marsan (19/07/2012) : Mathieu qui pleure, Juan Jose qui rit !

 

padilla

Photo : Pierre Charrain

En ce 19juillet reprenez un chaudron, encore celui du Plumaçon, et cette fois garnissez d'un zeste supplémentaire de spectateurs. Saupoudrez d'un peu moins de soleil et plongez dans le chaudron six toros français de Robert MARGE (Père et fils au callejon). Du toro, des cornes, du muscle et des pattes enfin ! Quasi excellents les trois premiers d'origine Nunez del Cuvillo, un peu moins malléables les trois derniers d'origine Cebada Gago.

De fait un bouillon intéressant qui ne laissa personne indifférent.

L'attrait de ce cartel était bien sur l'alternative de l'enfant chéri de Mont de Marsan : Mathieu GUILLON (noir et or – salut et trois avis) qui fut sacré matador de toros à 18h18 des mains d'Enrique PONCE avec Juan Jose PADILLA pour témoin. Frêle, Mathieu s'en sortira fort bien face à son toro d'alternative « Abejaro », N°122, magnifique. Le capoteo est agréable et les palos partagés avec Padilla, enjoués. Maintenant sacré matador Mathieu brindera à son amie et à sa famille une faena certes bien volontaire mais manquant toutefois d'un peu de métier. « Abejaro » ouvre la bouche, se réserve et nous laisse un peu sur notre fin. Pinchazo et lame sanguinolente pour conclure. C'est face à son splendide second, le sixième donc, que le Montois touchera le fond, hélas.

On ne peut pas, avec cinq minutes d'alternative, rivaliser avec un maestro qui en a 20 ou 25 ans ! Et les difficultés posées par ce second devaient sembler insurmontable. Le capote est hésitant, les palos malheureux puis Mathieu partira à la dérive devant l'adversité. Un mouchoir blanc, plusieurs essais épée en main, deuxième mouchoir et fatidique troisième mouchoir ordonnant la rentrée de « Lugano » vivant au toril …

Corrida sourire et corrida larme ainsi vont les choses sur le sable.

Œuvrait ce jour encore Enrique PONCE (ciel et or – oreille et salut aux tercios) qui instrumentera certainement les gestes les plus purs de ce jeudi. Son premier, noble et mobile, lui permettra de longues séries templées et de profonds pechos. Le métier parle et le Maestro de Chiva se régale avant de loger une lame entière et couper ainsi la première oreille de la feria. Typé Cebada son magnifique second ne l’inspirera que bien peu au capote. Pas de brindis et efforts pour tenter de plier le cornu. En vain. Lame dans l'épaule vite ressortie, pinchazo et ½ caida.

Juan Jose PADILLA (prune et or – deux oreilles et salut aux tercios) accueilli par l'ovation d'une foule debout sera obligé de saluer avant même d'entreprendre son bon premier dans un capoteo généreux. Palos impressionnants avec Mathieu, brindis au public et accueil aux planches genoux en terre. Musique au cours d'une faena au minimum et estoconazo pour garantir la sortie a hombros. Sa seconde prestation débutée par une larga aux planches se poursuivra par poses de palos façon « Ciclon de Jerez » et se terminera par une faena sommes toutes assez fade, éloignée du sujet. Nouvel estoconazo et maestro manifestement ravi gagnant la porte « Nimeño II » sur les épaules de ses nombreux admirateurs.

*

En matinée le becerro de Jean Louis DARRE (Camino de Santiago) sera désigné le meilleur permettant ainsi au sympathique éleveur de réserver un lot entier pour l'an prochain. Alvaro LORENZO sera quant à lui désigné comme le meilleur beceriste de la chaude matinée.

 

Pierre Charrain

Reportage photographique : Pierre Charrain photos

 

 


 

 

 

 

retour