reportages 2008 2009 2010 2011 2012 campo
cartels archives liens mentions legales
 
partenaires
 
pub
pub
pub
pub
pub
pub
pub7

contact

 

 
 
 
 

 
 
 
 
logo Mont de Marsan (18/07/2012) : pas de triomphe !

 

mdm

Photo : Pierre Charrain

En ce 18 juillet vers 18h00 prenez une marmite, celle du Plumaçon de préférence, remplissez-la presque jusqu'au faîte d'une foule bruyante, colorée et parfois impatiente. Saupoudrez d'un généreux soleil aux environs de 34° et laissez frémir pendant deux heures.

Entre temps jetez sur le sable six pensionnaires au fer de « PARLADE » ni trop gros, ni trop petits, hormis le quatrième, et opposez les à Enrique PONCE (rouge et or – silence et silence), MORANTE DE LA PUEBLA (châtaigne et or – silence et salut aux tercios) ou Daniel LUQUE (malabar et or – silence et salut). Sur le papier la recette était judicieuse mais au final les convives n'ont que moyennement apprécié...

Faute en incombant aux toros du jour assez faibles, manquant de race ou compliqués parfois.

Face à son premier le « Maestro de Chiva » brinde au conclave une faena soporifique conclue d'une lame efficace et se retrouve face à son second unanimement protesté pour manque de trapio. Fin et bien armé « Trigueña » se laisse pourtant faire entre deux chutes et Enrique, dépité, égrène de jolis gestes sous les quolibets avant de tuer d'un méchant bajonazo.

On l'attendait, il est venu réaliser le minimum syndical face un un premier qui ne l'inspirera pas outre mesure. Morante reste timide et abrège rapidement. Ce sera du bonheur presque retrouvé au cours de sa seconde faena servie à un très joli colorado claro collaborateur. Oles profonds sur les étagères et musique quasi immédiate pour de superbes mais courtes séries servies des deux côtés. Il aura manqué un peu de « chispa » à « Imperial » pour que la faena atteigne des sommets. Pinchazo et contraire concluante parachevant le travail et sourire chez le maestro.

De la jeunesse, beaucoup d'envie, parfois trop, chez un Daniel LUQUE vainqueur à l'applaudimètre.

Par deux fois le capoteo est fin, élégant, agréable. Son premier à la corne chercheuse fort bien banderillé par Abraham Neiro (salut) sera gaillardement entrepris entre les cornes avec beaucoup d'aguante avant d'être occis au troisième essai. Beaucoup plus malléable et très bien armé son second chutera souvent au cours d'une lidia paraissant assez face aux yeux des gradins. Daniel en veut, aguante encore mais la mayonnaise ne prend pas. Entière contraire et tendida et super salut aux tercios.

Demain sera un autre jour …

Pierre Charrain

Reportage photographique : Pierre Charrain photos

 

 


 

 

 

 

retour