reportages 2008 2009 2010 2011 2012 campo
cartels archives liens mentions legales
 
partenaires
 
pub
pub
pub
pub
pub
pub
pub7

contact

 

 
 
 
 

 
 
 
 
logo Lunel (15/07/2012 - tarde) : Roberto Blanco triomphe d'une intéressante novillada de Yonnet

 

lunel

Photo : ElTico

L'histoire ne s'est pas répétée à Lunel, 10 ans après... L'affiche était alléchante car la ganaderia Yonnet connaît cette temporada un retour en grâce tout à fait intéressant, initié à Vergèze lors de la première corrida de l'opération Toros de France 2012. Mais de grâce il n'y a point eu... La vuelta al ruedo au cinquième lui a même été volée, pourtant demandée chaleureusement (ce qui est rare à Lunel...) par une majorité du public. Il n'en reste pas moins que la novillada de Hubert Yonnet était sérieuse mais a donné du jeu, trois des six novillos se révélant même très bons dont le fameux cinquième... C'est à juste titre que le mayoral de l'élevage est sorti a hombros en compagnie du triomphateur du jour, Roberto Blanco.

On aurait même pu assister à un triomphe plus important si Fabio Castañeda  n'avait été trahi par ces aciers. Quant à Cayetano Ortiz, il confirme son retour en forme face à son bon premier, un peu faible toutefois, avant d'éprouver plus de difficultés face au compliqué quatrième.

Dommage que l'ambiance ne décolla pas plus tôt, aidée en cela par une Présidence moins rigoriste en ce qui concerne l'apport de la musique durant les faenas...

Laurent Deloye ElTico

La chronique de Marie Barcelo :

Dimanche 15 Juillet

6 novillos de Hubert Yonnet 6

pour

Cayetano Ortiz (Vert olive et or)

Fabio Castaneda (Blanc et or)

Roberto Blanco (Vert bouteille et or)

 

Cayetano Ortiz hérita d'un premier novillo qui se déplaçait déjà très bien dans la cape avec une certaine douceur. Il poussa fort lors de la première rencontre avec le cheval qui aurait été suffisante. La seconde permit néanmoins d'apprécier la bravoure de l'animal qui chargea au galop du centre puis poussa convenablement. Après avoir brindé son combat à Juan Bautista il débuta par deux cambios révélateurs de son désir d'impressionner. Conscient des qualités de ce novillo il sut dégager un réel relâchement dès les premiers derechazos, tout en veillant à utiliser quelques gestes techniques appropriés à la faiblesse du novillo comme la passe de poitrine donnée sur le même côté. Il sut ensuite profiter de la noblesse du Yonnet et tua d'une demie-lame, coupant ainsi une oreille.

Son second prit deux piques avec bravoure mais manquait de fixité. Après avoir brindé au ganadero Hubert Yonnet il dut faire en sorte que le novillo tardo ne s'arrête jamais entre les passes sous peine de subir de dangereuses hésitations. Il chercha non sans mal à donner de la cadence et de la variété aux débats mais sans pouvoir faire décoller sa faena. 1 avis, trois pinchazos et une entière, silence.

 

Fabio Castaneda: son premier novillo-toro chargeait avec rapidité et brutalité, attaquant avec force le jeune-homme qui sans s'inquiéter le mena au centre par véroniques. L'animal se présenta par deux fois au cheval avec violence et sans grande classe. Après avoir banderillé avec brio (malgré un frayeur lors du violin), Fabio torea dans un climat de danger permanent. Vaillant et déterminé il ne douta pas et s'imposa à lui toujours en avant, le toques ferme, et se sortant seul des situations les plus périlleuses. Il tua d'une 3/4 de lame basse et à l'effet radical. Salut aux tiers.

Arborant des capes au nom de Patrick Laugier ou Las Dos Hermanas, il s'appliqua à mettre en suerte son deuxième novillo qui alla à mas au cheval par deux fois. Il banderilla ensuite avec mérite car l'animal lui coupait la route. Après avoir brindé au Ganadero St-Justois Bernard Taurelle il se jeta à genou au centre de la piste pour une série droitière des plus vibrantes. Toujours dans un désir de mettre en valeur ce novillo, il le cita beaucoup de loin et révéla sa collaboration, même s'il fallait être très précis techniquement, et passer outre quelques avertissements. Volontaire, le vénézuélien parvint à dominer l'animal mais pincha plusieurs fois et usa du descabello. Un avis et vuelta.

 

Roberto Blanco: Il fut mis à rude épreuve dès la cape puis mena ce novillo par deux fois au cheval, sortant seul de la première rencontre mais plus franc lors du deuxième essai. Muleta en main Roberto laissa apprécier son style élégant et profond, même si, face aux irrégularités de ce novillo, la faena mit du temps à décoller. C'est enfin à gauche lors de naturelles généreuses la main basse qu'ils finirent par s'accorder .Il termina dans les cornes pour frissonner le public pescalune  et tua d'un bon coup d'épée. Une oreille.

Son deuxième prit deux piques réfléchies et sans s'employer. Il se laissa d'avantage toréer sur la corne gauche, ce que Roberto utilisa d'emblé sans pour autant voir sa tâche facilitée. Il dût en effet se replacer avec rapidité face aux charges raccourcies de l'animal, et toujours lui laisser le leurre sous le museau pour éviter qu'il ne s'arrête, en vain... Il continua à se bagarrer de très près jusqu'à la voltereta puis tua d'un bon coup d'épée. Et bien qu'il utilisa le descabello, le public reconnaissant lui offrit une oreille.

Marie Barcelo

Fiche technique :

Six novillos de la ganaderia Hubert Yonnet, bien présentés et armés, donnant du jeu en général. Supérieurs les 1er ; 3ème et 5ème.

15 Juillet 2012. Tarde.

Entrée : 2/3 d'arène.

Temps : Beau temps avec vent parfois génant

Durée de la course : 2h45. Le paseo a été retardé de 15 minutes pour permettre aux derniers spectateurs de prendre place dans les arènes.

Rencontres avec la cavalerie d'Alain Bonijol : 12.

Poids des toros : 440 - 490 - 453 - 472 - 478 et 466 kgs

 

Cayetano Ortiz : Oreille ; silence après avis

Fabio Castañeda  : Salut ; vuelta après avis

Roberto Blanco Lopez : Oreille ; oreille après avis

 

Reportage photographique : ElTico photos

 


 

 

 

 

retour