reportages 2008 2009 2010 2011 2012 campo cartels archives liens mentions legales
 
partenaires
 
pub
pub
pub
pub
pub
pub
pub7

contact

 

 
 
 
 

 
 
 
 
logo
Communiqué de l'Observatoire des Cultures Taurines

 

oct

LE MINISTERE DE LA CULTURE CONFIRME L’INSCRIPTION DE LA TAUROMACHIE
A L’INVENTAIRE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATERIEL DE LA FRANCE


En date du 17 janvier 2011, le Ministère de la Culture a confirmé l'inscription de la tauromachie à l'inventaire du Patrimoine culturel immatériel de la France conformément aux conventions de l'UNESCO, et par deux fois depuis le Ministère a rejeté les demandes de désinscription qui lui ont été formulées :
- la première devant le Tribunal Administratif de Paris qui, en septembre 2011, confirmant l'argumentation du Ministère et de l’Observatoire, a débouté l'Alliance Anticorrida.
- la seconde par lettre du 5 janvier 2012 à cette même association, à laquelle il a été confirmé que la tauromachie est inscrite à l'inventaire du Patrimoine culturel immatériel français.
Cette inscription, conformément aux conventions de l'UNESCO que la France a ratifié, constitue en soi une première mesure de sauvegarde destinée à préserver les cultures minoritaires des effets de la globalisation et de l'intolérance.
Mais cette inscription est aussi une première étape vers une inscription au Patrimoine Culturel Immatériel de l'UNESCO, demande qui sera formulée dans un avenir proche par divers pays taurins, et qui, dans le cas où elle serait acceptée - la tauromachie répond à tous les critères d'inscription - aurait pour effet de renforcer la protection dont celle-ci jouit déjà en France depuis son inscription à l'Inventaire du Patrimoine national, précisément en raison de celle-ci.
Les tentatives de désinformation que l'on constate en cette période de campagne présidentielle autour d'un thème au sujet duquel existe un consensus parmi tous les candidats afin de ne pas en faire un enjeu de société, doivent être comprises comme le reflet des luttes internes d'un mouvement taurophobe divisé, dont une partie a compris avoir perdu une bataille importante comme le montre son intention de manifester contre l’inscription le 11 février prochain devant l’Assemblée Nationale, tandis qu’une autre préfère rester dans le déni afin de parer à la désaffection de ses troupes... et de faire rentrer les cotisations.

(communiqué)

 

 

retour