reportages 2008 2009 2010 2011 2012 campo
cartels archives liens mentions legales
 
partenaires
 
pub
pub
pub
pub
pub
pub
pub7

contact

 

 
 
 
 

 
 
 
 
logo
Castella : En librairie le 7 mars 2012

 

castella

 

CASTELLA
Photographies d’Olga Holguín
Huiles et dessins de Robert Ryan
Textes de José Carlos Arévalo,
Víctor Diusabá et Jacques Durand

EN LIBRAIRIE LE 7 MARS 2012

À l’été 2011, le jeune Thomas Dufau devenait le 58e novillero français à accéder au titre prestigieux de matador de toros. De cette liste de talents prometteurs, la longue et exigeante histoire de la tauromachie internationale n’a retenu que peu de noms. D’abord celui de Christian Montcouquiol, Nimeño II, qui, le premier, imposa à l’afición espagnole, juge ultime des hiérarchies, la sincérité de son toreo et le flamboiement de son courage. Grâce à lui, le torero français – comme genre – cessait d’être une curiosité négligeable et pouvait même enfin prétendre au qualificatif suprême de maestro. C’est dans cette étroite et fragile hypothèse que Sébastien Castella, jeune torero français, né à Béziers en 1983, allait écrire son destin.

Réservé, solitaire, Sébastien Castella connaît une enfance difficile avant de s’exiler en Andalousie, dès l’âge de quatorze ans, pour se livrer corps et âme à l’apprentissage de sa passion. Il débute en novillada sans picadors dès 1997 et prend l’alternative le 12 août 2000 à Béziers avec Enrique Ponce comme parrain et José Tomás comme témoin. En 2006, il reçoit le prix Cossio du “meilleur matador de toros” de la temporada, et, en 2007, il devient le premier matador français à ouvrir la Grande Porte des arènes de Las Ventas à Madrid. Sébastien Castella est aujourd’hui un des meilleurs toreros du monde et a conquis le titre éminent de figura del toreo.
Le livre Castella est une anthologie visuelle de l’art du maestro français. La photographe Olga Holguín, qui suit la carrière de Sébastien Castella depuis de nombreuses années en France, en Espagne et en Amérique du Sud, y donne à voir la quintessence de sa tauromachie et les instants mémorables de ses triomphes. Rythmé par les huiles et les dessins originaux de l’artiste Robert Ryan, qui soulignent l’élégance naturelle du torero, l’ouvrage fait également place aux analyses et aux réflexions de José Carlos Arévalo, Víctor Diusabá et Jacques Durand, trois des plus fins connaisseurs du monde de la tauromachie.

FORMAT 31 X 31 / 338 PAGES / 213 PHOTOGRAPHIES REPRODUITES EN QUADRICHROMIE / 49 €

 

(communiqué)

 

 

 

retour