reportages 2008 2009 2010 2011 2012 campo
cartels archives liens mentions legales
 
partenaires
 
pub
pub
pub
pub
pub
pub
pub7

contact

 

 
 
 
 

 
 
 
 
logo
"Campo de invierno" (II) par Jacques Lanfranchi

 

campo

 

L’alimentation de la vache allaitante est primordiale pour le becerro (1) mais aussi pour elle-même.

Alimentation vache veau :

La priorité de la croissance pour le veau est le squelette osseux donc un besoin important en minéraux : calcium, magnésium, phosphore.

Les oligoéléments ont une action plus complexe :

  • fer, cuivre : formule sanguine

  • zinc : cornes, sabots

  • sélénium : stimulation de l’immunité

  • iode : système hormonal

  • cobalt : stimulation de la vitamine B12.

Sur le plan vitaminique l’avantage de la vie à l’extérieur (soleil) permet une synthèse parfaite de la vitamine D1 (anti rachitisme)

Les apports seront : fourrage, pienso (origine : usine ou maison), les pierres à lécher ainsi que les sels vitaminés sont à proximité des points d’eau et à discrétion, sources d’oligoéléments et de vitamines.

La vache allaitante boit beaucoup et en général le bétail l’hiver.

Quelquefois « les vaches de ventre » n’ont pas de lait ou si l’añojo est orphelin, il peut être adopté par une vache nourrice, c’est le cas de la becerra « Milagro » qui a fait l’objet du « conte de noël 2011 ». (ICI)

Le biberon est à proscrire car risque de domestication, sauf dans les films de Walt Disney.

Éventuellement une mamelle artificielle qui se compose d’un récipient et d’une tétine en plastique que l’on suspend à hauteur du veau pour qu’il tête, permet avec un lait adapté une alimentation de substitution.

milagro

Législation :

La loi demande la déclaration du veau assez rapidement, actuellement le délai est d’un mois.

On appose une boucle avec un numéro provisoire à l’oreille, plus une identification sexe, origine, couleur (qui permettra d’établir un certificat de naissance).

Cela permet en cette période de l’année à l’éleveur, au mayoral, aux vaqueros de vérifier leur vitesse de course et la rapidité de leurs réflexes pour attraper, médailler, identifier le veau en plein campo sans se faire attraper par la mère qui peut se montrer particulièrement virulente.

campo

Je brinde ce texte aux hommes de campo qui travaillent au quotidien pour que les bêtes ne souffrent pas trop, particulièrement avec les conditions climatiques actuelles.

Courage et abnégation.

Enhorabuena compañeros.

Jacques Lanfranchi

Dimanche 12 février 2012

 

  1. le veau est dit becerro jusqu’à trois ans, añojo : un an, erale : deux ans. A partir de trois ans il est novillo ou utrero, à partir de quatre ans il est toro.

La photo de Milagro a été faite au campo chez le ganadero Patrick Laugier par le matador de toros Thomas Dufau

 

 

retour