reportages 2008 2009 2010 2011 2012 campo
cartels archives liens mentions legales
 
partenaires
 
pub
pub
pub
pub
pub
pub
pub7

contact

 

 
 
 
 

 
 
 
 
logo Saint-Martin de Crau (29/04/2012) : Triomphe protesté de Tomasito - Exigeante corrida de Cebada Gago

 

st martin

Photos : ElTico

 

Il y avait beaucoup plus de toros que de toreros aujourd'hui à Saint-Martin de Crau... Normal me direz-vous. Mais la corrida qu'avait amenée José Cebada, tout nouvellement primé par l'Association des Critiques Taurins Français pour le lot lidié l'an passé en ces mêmes arènes, était beaucoup trop sérieuse et exigeante pour les forces en présence côté piétons. Et c'est humain. Ce n'est pas parce qu'on aime les toros durs qu'on ne peut pas admettre qu'un torero, homme avant tout, ne trouve pas les ressources en lui pour franchir la frontière qui sépare la raison de la déraison et ainsi s'imposer face à de tels fauves.

Sergio Aguilar a touché le lot certainement le moins propice. Sérieusement averti par son premier, il n'insistera pas outre mesure avec le quatrième qui avait tout d'un tueur à gage. Il finira sous les sifflets...

Et dans ce contexte, Tomasito a fait mieux que sauver l'honneur. Une oreille en poche arrachée à son premier qui se laissait un peu, mais dégageait un danger sourd de tous les instants, il prit ses responsabilités face au dur cinquième et obtint un nouveau trophée instantanément protesté par une partie du conclave.

Et c'est là que la course bascula. Car alors que le jeune arlésien effectuait une vuelta elle tout à fait méritée, l'appendice auriculaire déjà expédié dans la foule après avoir été un temps caché sous la chaquetilla, certains ont cru bon de se retourner à son passage ou de l'affubler de noms d'oiseaux indignes de personnes se disant aficionados et pire, gardiens de l'éthique... Car s'il est un fait que l'on peut contester une décision de la Présidence, on ne peut rendre responsable de l'octroi d'une oreille que l'on juge imméritée un jeune homme qui vient de se jouer la vie durant un quart d'heure face à un fauve qu'on n'oserai même pas regarder dans les yeux. Ah que tout est facile depuis les gradins...

Difficile après ça d'en finir pour Esau Fernandez... Le sévillan peu à son aise devant le troisième du jour ne s'intéressa que moyennement à la lidia de l'ultime et l'expédia difficilement de plusieurs lames sans avoir tenté le moindre muletazo... Certains, les mêmes, appeleront ça un manque de respect pour le public. Encore faut-il que celui-ci soit respectable...

Laurent Deloye ElTico

La chronique d'Anthony Pagano :

Sergio Aguilar hérita du moins bon lot du jour. Face au premier, un superbe cardeno claro qui alla à trois reprises dans le péto sans vraiment s’y employer, Sergio commença de belle manière sur le piton droit mais la faena tourna court après une spectaculaire voltereta sans gravité. L'espagnol perdit la main devant ce toro très exigeant, marchant et regardant beaucoup le torero, et prit rapidement l'épée pour le tuer d'un pinchazo et d'une entière basse.  Le madrilène fut très rapidement mis en déroute par les assauts du quatrième, mal piqué en cinq puyazos de manso. Il tua son adversaire d'une mort chaotique, sans avoir donné une passe ni montré aucun engagement au cours du combat.

Tomasito amena son premier adversaire pour trois rencontres à la pique puis entama sa faena brindée au public par une série de cambios. Le français n’arriva pas réellement à peser sur le bicho mais donna de bonnes séries sur les deux cornes à ce toro noble et à la charge franche. Il coupa une oreille après une lame plate et un descabello. Face au cinquième, l'arlésien dépassa de son manque d'expérience devant ce genre de toros en ne baissant jamais les bras et tentant de mettre son adversaire en valeur. Valeureux, il tua son toro âpre et compliqué sur la corne gauche d'une entière en place. L’oreille octroyée fut contestée par une grande partie du public.

Esau Fernandez ne mit pas en valeur le troisième du jour au cours d’une faena inintéressante face à un toro dont on ne put juger les qualités. Face au sixième très bien présenté et armé, Esau fut totalement absent lors du premier tiers et laissa le soin à ses subalternes de gérer intégralement la lidia. Muleta en main, Esau fut caractériel et prit l’épée sous les olés ironiques du public. Aucune passe de muleta et mise à mort catastrophique sous la bronca du public.

 

Fiche technique:

Six toros de la ganaderia « Cebada Gago » bien présentés et armés, tous encastés, nobles et braves à des degrés divers. Tous furent applaudis à l’arrastre, notamment pour leur comportement sous le fer. Un grand lot de toros, parfois malmené.

Entrée : 4/5 d’arène.

Temps : Soleil avec vent par intermittence.

Poids des toros : 550 – 560 – 530 – 545 – 560 et 550 kgs.

Rencontres avec la cavalarie d’Alain Bonijol : 20.

Durée : 2h15.

A noter :

A l’issue du paseo, l’association des critiques taurins a remis en piste le prix du meilleur lot de toros lidié dans le sud-est à l’éleveur José Cebada pour sa corrida lidiée l’an dernier dans ces mêmes arènes.

Morenito d’Arles et José Gomez ont salué après avoir banderillé le cinquième.

Tomasito refusa de sortir à hombros.

 

Sergio Aguilar (Mauve et or souligné de blanc) : Applaudissements / Silence.

Tomasito (Blanc et or souligné de blanc) : 1 oreille après un avis / 1 oreille.

Esau Fernandez (Bleu roi et or souligné de blanc) : Silence / Bronca.

Anthony Pagano

 

 

Reportage photographique : ElTico photos

 


 

 

 

 

retour