reportages 2008 2009 2010 2011 2012 campo
cartels archives liens mentions legales
 
partenaires
 
pub
pub
pub
pub
pub
pub
pub7

contact

 

 
 
 
 

 
 
 
 
logo Saint-Martin de Crau (28/04/2012) : Oreille pour Delgado - Vuelta pour un Pagès-Mailhan

 

st martin

Photos : ElTico

 

Deuxième corrida comptant pour le concours Toros de France 2012 avec les Pagès-Mailhan en ouverture de la Feria de la Crau.

Les toros des Jasses de Bouchaud, manquant de mobilité mais nobles en général, ont soufflé le chaud et le froid en cette après-midi venté en plaine de Crau... Malheureusement faible le bon premier que le public indisposé par ses cornes n'a pas réellement pris le temps d'apprécier ; compliqué le quatrième ; maniables les troisième et sixième ; piquant l'intéressant cinquième mal exploité par un Julien Lescarret inopportunément à la peine aujourd'hui, de même que face au supérieur deuxième, primé d'une vuelta al ruedo posthume.

On retiendra le bel effort du jeune Miguel Angel Delgado qui récolte au terme de cette corrida la seule et unique oreille concédée ce soir, et qui a bien joué le jeu en faisant charger ses deux adversaires de loin en début de ses faenas, son premier adversaire se dégonflant fâcheusement bien vite.

Quant au chef de lidia Javier Castaño, il nous laissa quelque peu sur notre faim en entrant très rapidement dans un registre guerrier qui pesa beaucoup sur son premier. A sa décharge toutefois, le lot le moins favorable de la course puisque son deuxième allait se révéler le plus compliqué de l'envoi.

Côté satisfaction, des tendidos correctement garnis malgré une météo défavorable et pour une corrida française. Plus décevant à Saint-Martin de Crau, quelques armures astillées...

Laurent Deloye ElTico

La chronique d'Anthony Pagano :

Javier Castaño dût composer avec un premier toro faible aux pitones explosés qu’il domina mais la faena manqua de transmission. Il réussit à donner de bons passages sur le piton droit avant que le bicho ne s’éteigne en ne laissant pas d’autre choix au Leonés que de mettre fin au combat. Il coucha son opposant d’1/5 de lame et une entière dans les côtes. Face au quatrième (cornes abimées aussi), qui reçut trois piques en venant de loin mais sans trop pousser,  Castaño ne réussit pas à prendre le dessus et donner de l’intérêt à la faena ; il ne put servir que de bons détails. Il tua d’une entière basse après deux tentatives de recibir.

Il y a des jours avec et des jours sans, et ce fut un jour sans pour Julien Lescarret qui hérita du deuxième prénommé « Pouderoso », brave sous le fer en chargeant de loin et avec bravoure. Pour la suite le landais réalisa une faena courageuse au cours de laquelle il eut du mal à s’imposer. Julien resta en dessous des qualités du toro qu’il tua d’une demi-lame basse et d’une entière tendida. Face au cinquième de la tarde qui rencontra aussi le picador à trois reprises, le français ne parvint pas non plus à prendre le dessus face à un toro piquant mais laissant entrevoir des qualités.

Miguel Angel Delgado fut le plus en vue de l’après-midi, sa première faena brindée au public fut principalement droitière face à un toro noble, franc mais qui s’avisa rapidement après une tentative sur le piton gauche. Le sévillan prit donc l’épée et tua d’une entière en place. Miguel Angel brinda sa deuxième faena à Juan Bautista.  Il commença en citant le toro depuis le centre du ruedo. Celui-ci manquait de fond et de race mais permit au matador d’étaler une tauromachie posée et templée. Il coupa une oreille après une épée entière en place.

 

A noter :

A l’issue du paseo un hommage fut rendu à Julien Lescarret qui effectué aujourd’hui ses adieux à l’aficion locale et à Paco Compas ancien matador de toros pour sa carrière.

David Adalid salua après avoir banderillé le quatrième exemplaire.

Le deuxième toro « Pouderoso » fut primé d’une vuelta posthume.

Le prix du meilleur picador resta désert.

 

Fiche Technique :

Six exemplaires de la ganaderia Pages-Mailhan, tous correctement présentés mais aux cornes douteuses. Quant au comportement des pupilles de la ganaderia Arlésienne, tous furent exigeants, manquant de race, de moteur et de forces pour certains mais avec une lidia appropriée auraient permis de donner une autre issue à la tarde.. Meilleur le deuxième.

Entrée : 2/3 arène.

Temps : Gris avec vent gênant.

Poids des toros : 560 – 550 – 550 – 555 – 560 et 540 kgs.

Rencontres avec la cavalerie d’Alain Bonijol : 15.

Durée de la course: 2h20.

 

Javier Castaño (Rouge et or souligné de blanc) : Silence / Silence.

Julien Lescarret (Noir et or avec parements bleus) : Silence après 2 avis / Saluts.

Miguel Angel Delgado (Vert pistache et noir) : Saluts / 1 oreille.

Anthony Pagano

 

 

Reportage photographique : ElTico photos

 


 

 

 

 

retour