reportages 2008 2009 2010 2011 2012 campo
cartels archives liens mentions legales
 
partenaires
 
pub
pub
pub
pub
pub
pub
pub7

contact

 

 
 
 
 

 
 
 
 
logo Un tentadero pour l'Avenir

 

fabio

Photos : ElTico

 

Les tentaderos, outre la sélection du bétail, permettent aussi aux toreros de s'entraîner au plus près de la réalité de l'arène, sans la pression du public et le volume du toro. Pour les privilégiés auxquels il est donné d'y assister, ce sont des moments rares et souvent porteurs d'enseignements quant au futur immédiat de l'homme de lumière. J'y ai souvent vu Juan Bautista polir son toreo et par des gestes maintes fois répétés, atteindre cette maturité technique qui lui permet désormais de laisser sa personnalité prendre le dessus dans l'arène.

Mais plus rarement j'ai vu des toreros affirmer leur caractère comme l'a fait dernièrement le jeune Fabio Castañeda dans la placita du Mas du vieux Capeau, chez Roland Durand, lors d'une tienta de deux vaches préparées par un de ses trois apoderados, Patrick Laugier. Je me souvenais du jeune vénézuelien qui avait séduit l'aficion Nîmoise en 2010 lors des Masters printaniers par son entrega et sa communication innée avec le public. Du même, revenu face aux Dos Hermanas en ce conclave récolter le fruit de son succès, qui s'était agenouillé face au toril malgré les avertissements des frères de camada de ce novillo qui allait l'expédier d'un coup de boule à l'hôpital.

J'étais resté un peu étonné de le voir éteint pour ce gala taurin d'ouverture de saison à Béziers. Impliqué oui, mais peu communicatif et beaucoup trop sérieux. Ce jour de tentadero chez Durand, face à cette deuxième vache ultra-toréée et « de laquelle il ne tirerait plus rien », après la cacophonie de conseils toujours bien intentionnés de début de faena, Fabio a planté ses genoux dans le sol et a livré son cœur sur quelques manoletinas qui signifiaient : « Voilà mon toreo. Voilà qui je suis vraiment. Ce n'est peut être pas le torero que vous souhaiteriez que je sois, mais c'est assurément celui que je veux être pour mon public »....

Nul ne sait si Fabio Castañeda fera une grande carrière. S'il deviendra ce torero de premier plan que les vénézuéliens attendent pour remplacer leurs vedettes vieillissantes et défier sur leurs terres les Juli ; Manzanares et autres maximas figuras. Mais en cette petite placita de Camargue, en ce vendredi venteux et humide, il a affirmé à tous qu'il avait en lui les ressources mentales pour poursuivre ce rêve.

Nous retrouverons Fabio Castañeda le mardi 1er mai 2012 à Aire sur l'Adour (40) où il combattra les novillos des Héritiers de Christophe Yonnet dans le cadre d'une course comptant pour le concours « Toros de France 2012 ». Il alternera ce jour là avec Mathieu Guillon et Christian Valencia.

Laurent Deloye ElTico

Reportage photographique : ElTico photos

 


 

 

 

 

retour