reportages 2008 2009 2010 2011 2012 campo
cartels archives liens mentions legales
 
partenaires
 
pub
pub
pub
pub
pub
pub
pub7

contact

 

 
 
 
 

 
 
 
 
logo Garlin (15/04/2012) : Brandon le sauveur !

 

garlin

Photo : Pierre Charrain

Le ciel était bien gris, la pluie tombait sur les trois premiers novillos, on s'ennuyait un peu et les pieds commençaient à geler.

Le lot de VALDEFRESNO (Nicolas Fraile père et fils au callejon) n'avait jusque la donné que bien peu de satisfaction ni aux ganaderos, ni aux officiants, ni à l'empresa, ni aux spectateurs qui garnissaient aux trois quarts les jolies arènes de « La porte du Béarn ». Certaines morphologies étaient belles mais les armures laissaient à désirer …

On sentait la noblesse présente (2,4 et 6), une bravoure peu exprimée compte tenu d'une faiblesse affligeante et des aspérités de manque de race.

En face aucun des trois piétons n'a démérité face à tel matériau. Le triomphateur de ce 15 avril sera donc Brandon CAMPOS (pétrole et or – silence après deux avis et deux oreilles) s'enverra un premier chutant avant et après la pique d'usage, freinera dans la toile et ne permettra que quelques naturelles faisant jouer la musique avant d'infliger une petite voltereta et d'être occis d'une succession de lames. Face au soso et noble dernier, le jeune novillero étalera de fort belles et intéressantes séquences distillées avec envie des deux côtés avant de, cette fois, basculer pour loger une entière efficace. L'entière du jour faisant dégringoler ainsi deux appendices.

Encore un peu vert mais manifestement bien décidé à en découdre, Rafael CERRO (turquoise et or – oreille et silence après deux avis) accueillera par deux largas osées et un capoteo alluré son second, un « tonton » qui se révélera impropre au succès. Longuement piqué par Olivier Riboulet qui entendra ainsi le chant d'une belle bronca, le métier manque pour affronter tel bestiau d’où une faena édulcorée à l'extrême. Son premier combat, servi à un costaud beau et fort, résultera appliqué après brindis au conclave. On regrettera que le garçon ne se soit pas plus « croisé » avant de subir une voltereta spectaculaire et de tuer d'une lame au second essai.

Face à un Valdefresno, haut, maigre, long et peu dans le type de la maison, le troisième homme Sergio FLORES (ciel et or – silence après avis et silence après avis) se contentera de quelques gestes appréciés. Pas de brindis et faena gâchée par l'invalidité de l'adversaire (?). Beau et bien roulé son second, dont l'armure était cruellement astillée, permettra une faena suave et musicale brindée a Pablo Saugar. Le novillero se croise, reste sincère, mais peu de transmission passe aux gradins. Plusieurs lames et quelques applaudissements.

On notera l’accueil sympa des organisateurs bien tristes de découvrir sur les murs des arènes les désormais et inutiles graffitis signés par le front de libération animal ….

Pierre Charrain

Reportage photographique : Pierre Charrain photos

 


 

 

 

 

retour