reportages 2008 2009 2010 2011 2012 campo
cartels archives liens mentions legales
 
partenaires
 
pub
pub
pub
pub
pub
pub
pub7

contact

 

 
 
 
 

 
 
 
 
logo Mugron (09/04/2012) : Trophée déclaré désert !

 

mugron

Photo : Pierre Charrain

Pourtant il aurait du être attribué compte tenu de la grande noblesse de certains novillos de Luis ALGARRA. Magnifiquement présentés, astifinos et nobles sans mièvrerie aucune il permettaient certainement plus. Le temps était magnifique et le public, un peu froid lors des faenas servies aux trois premiers novillos, garnissait complètement les étagères.

Sergio FLORES (blanc et or – silence et oreille) ouvrait les débats par un capoteo discret, long puyazo et point de brindis. Il déclenchera quelques notes instrumentant quelques séries droitières bienvenues. La gauche demeure rébarbative, le novillo restant court, l'entière est sanguinolante. Du mieux et plus d' envie manifestement face à son second, splendide castaño, reçu agréablement cape en main. Picotazo et quite alluré en chicuelinas. Brindis au public et entame de faena exotique avant musique et apparition de quelques scories. Le minot monte la lame qui résulte un peu caida au deuxième essai. Oreille gaillardement promenée autour du rond.

Fernando ADRIAN (rose et or – salut et oreille) recevra de façon et vers le centre son premier ennemi qui se révélera assez coriace côté gauche. La faena, brindée à Olivier Baratchart, presque essentiellement droitière sera conclue d'une belle lame en se jetant et pas de pétition ? C'est face à son second, machine à embister que l'on aura quelques regrets. Le jeune homme, désarmé au capote, sait toréer comme il l'a maintes fois prouvé et instrumentera une longue, très longue faena en profitant de la charge insolente de l'adversaire. Pourtant on regrettera qu'il ne se soit pas plus montré sincère, engagé, permettant ainsi à et la faena d' atteindre des sommets … Le bel Adrian glissera en portant l'estocade et s'ensuivra une cogida très spectaculaire fort heureusement sans gravité. A noter le salut aux palos de Raùl Agrada, parfait.

Inédit et œuvrant pour la première fois de sa carrière que l'on souhaite longue en novillada piquée le tout jeune D.M.ESCUDERO (rose et or – vuelta et oreille) étalera certainement les gestes les plus purs de ce 9 avril. La main est basse, la flanelle caresse le sable mais sa verdeur, encore bien normale, lui posera quelques problèmes face a son premier qu'il tuera d'une lame un peu devant. Face à son second, brindé au maestro Victor Mendes, le portugais se montrera plein d'envie de bien faire. Batacazo monumental dont le colorado astifino gardera apparemment des séquelles en pliant parfois les genoux et faena sympathique conclue d'une lame contraire.

Avec juste raison la Peña Mugronnaise n'attribuera pas son trophée 2012.

Pierre Charrain

Reportage photographique : Pierre Charrain photos

 

 


 

 

 

 

retour