reportages 2008 2009 2010 2011 2012 campo
cartels archives liens mentions legales
 
partenaires
 
pub
pub
pub
pub
pub
pub
pub7

contact

 

 
 
 
 

 
 
 
 
logo Aignan (08/04/2012) : Oreilles pour Tejela et Dufau

 

aignan

Photo : Pierre Charrain

Un ciel gris et menaçant n'a pas empêché de drainer aux arènes une foule garnissant complètement les gradins. Au final tout de même un peu de déception dans les regards pour cause de bétail déficient. Le lot de Baltasar IBAN, vraiment très très bien présenté, n'a pas donné le résultat escompté, hélas, par les organisateurs. Cinq âgés de cinq ans furent décastés, sosos voire compliqués.

Face à tel matériau les piétons n'ont pas réellement pu ou voulu exprimer leurs talents que l'on sait pourtant grands..

Juan BAUTISTA (tête de nègre et or – salut du callejon et silence) se montrera torero face a sa première cathédrale. Capote agréable et faena brindée au conclave qui exigera la musique rapidement. Séries gauchères allurées et efficaces mais le bestiau rompra en fin de parcours. Entière caidita et descabello limiteront le succès attendu. Face à son second qui ne l'inspirera pas au capote l'arlésien nous offrira une belle bagarre, fera encore jouer la musique et tuera d'une lame défectueuse.

Oreille peut être un peu généreuse pour un élégant Matias TEJELA (ciel pâle et argent – oreille et salut du callejon) qui s'ouvrira de cape de belle façon face a son premier et splendide castaño. « Santanero » se laisse tripoter au centre, la musique accompagne quelques séries droitières et le maestro tue d'une lame tendida et caidita nécessitant le descabello. Brindée à Victor Mendes la seconde faena, distillée a un tio soso, résultera sincère et appliquée.. Mete y saca, ½ lame et descabello.

En blanc et or, Thomas DUFAU (silence et oreille) aura joué d'une certaine malchance au sorteo ! Son premier saute dans les toiles et ne se prête pas au jeu au cours d'une faena soporifique brindée à l'équipe médicale. Lassé lui aussi « Camarito » se couchera délibérément sur le sable humide. Plusieurs tentatives estoc en main. L'oreille viendra à l'issue de sa seconde prestation brindée au public. Le manso préfère les planches malgré les réels efforts de l'enfant du Frêche qui le couchera d'un estoconazo de gala valant à lui seul un appendice fêté.

Pïerre Charrain

Reportage photographique : Pierre Charrain photos

 

 


 

 

 

 

retour