reportages 2008 2009 2010 2011 2012 campo
cartels archives liens mentions legales
 
partenaires
 
pub
pub
pub
pub
pub
pub
pub7

contact

 

 
 
 
 

 
 
 
 
logo Béziers (15/08/2012 - tarde) : la guerre !

 

beziers

Photos : ElTico

Curieux public biterrois, prêt à demander des oreilles même au delà du raisonnable pour les figuras et qui oublie de sortir son mouchoir après le combat dantesque livré par Rafaelillo à son premier Miura...

Car aujourd'hui, point de dentelles et de fioritures avec l'encierro venu de Zahariche... Recherche de l'efficacité maximum et parade des coups tout en gardant un minimum d'élégance. Emotions fortes garanties. Une Miurada "à l'ancienne", une Miurada de Béziers...

Javier Castaño s'érige un peu plus à chaque sortie devant eux comme le spécialiste de ces toros. On ne sait d'ailleurs si c'est une bonne chose pour lui, tant la course fut éprouvante. En tous cas, pour nous c'est le cas. Et si les aciers avaient été au rendez-vous, on aurait pu voir une dernière sortie a hombros pour cette Feria 2012. Tellement bon avec qu'il est seul responsable de la vuelta al ruedo accordée à Dadito, sorti en deuxième position et qui, mis entre d'autres mains, serait peut-être resté inédit.

Quant à Mehdi Savalli, il a fait front avec courage, tentant de faire parler sa fraicheur à la moindre occasion pour conquérir un public toujours bienveillant avec lui. Mais difficile quand on torée si peu de rivaliser avec de tels spécialistes. Même les éléments se sont ligués contre l'arlésien qui dut tuer son dernier Miura sur une piste transformée en patinoire à cause de l'orage.

C'en est désormais terminé du cru 2012 de la Feria de Béziers qui restera d'un bon tonneau en terme artistique. Côté fréquentation, sans surprise, les cinq jours de corrida au lieu de quatre (lorsque le 15 août ne tombe pas un mercredi...) n'étaient peut-être pas les mieux venus au vu de la morosité ambiante. Mais si les "no hay billetes" d'il y a quelques années semblent bien lointains, il n'y a pas eu d'entrée désastreuse. En tous cas pas plus que dans toutes les autres catégories de spectacle où il est de plus en plus rare de jouer à guichets fermés.

Laurent Deloye ElTico

 

La chronique d'Anthony Pagano :

Rafaelillo dut composer en premier lieu avec un Miura haut et fort, qui reçut trois piques avec envie mais sans forces. Ensuite le toro comprit rapidement et devint impossible a toréer , posant beaucoup de problèmes à Rafaelillo qui s'en sortit avec les honneurs pour son courage et le combat mené. Le murciano le tua d'un tiers de lame et descabello. Saluts. Face au quatrième le matador ne put rien faire si ce n'est encore une fois montrer vaillance et courage. Silence après entière contraire.

Javier Castaño amena "Dadito" sorti en deuxième position vers trois belles piques, le toro venant de loin et poussant sous la musique. Lors de la faena, Castaño montra une très grande technique et compréhension du toro dans des séries ambidextres de qualité. Un grand toro, pour un grand moment. Javier perdit les trophées après une entière atraversada et 3/4 de lame tombée. Le toro fut honoré d'une vuelta posthume. Face au cinquième qui provoqua la chute du groupe équestre, le léones débuta genoux en terre et fut ensuite techniquement très bon. La faena fut principalement droitière et encore une fois Javier Castaño sut conquérir le public par ses qualités tauromachiques. Il perdit les trophées a l'épée après une mort en deux temps.

Mehdi Savalli banderilla lui même ses deux adversaires avec réussite. Son premier opposant fut faible mais Mehdi offrit de beaux moments sur la corne droite malgré un bicho se défendant sur place. Le toro ne fut pas combattif et Mehdi avec sa volonté réussit à en extraire le meilleur sur le fil. Avec le dernier et sous le déluge, Mehdi donna une faena décousue avec un toro ne lui laissant aucune option favorable, étant donné son agressivité. Silence après entière contraire et descabello.

Anthony Pagano

Fiche technique :

Six toros de la ganaderia "Miura" bien présentés et aux armures larges et agressives. Tous compliqués et dangereux a différents niveaux.

15 Aout 2012. Tarde.

Entrée : 4/5 d'arènes.

Temps : Couvert puis orage au dernier toro.

Durée de la course : 2h15.

Rencontres avec la cavalerie d'Alain Bonijol: 16.

Poids des toros : 650 - 590 - 602 - 606 - 617 et 636 kgs.

A noter :

-Javier Castaño se présentait à Béziers.

-"Dadito" n°36, 590 kgs né en mars 2008, sorti en deuxième position, fut honoré de la vuelta posthume.

-Fernando Sanchez reçut le prix du meilleur picador après avoir piqué le deuxième exemplaire.


Rafaelillo (Bleu et or) : Saluts / Silence.

Javier Castaño (Blanc et or) :Saluts / Silence.

Mehdi Savalli (Tabac et or) :Silence après un avis / Silence.

Reportage photographique : ElTico photos

 


 

 

 

 

retour